Les espaces du flux en image 15.09.2017

Journée d’étude organisée dans le cadre de la Labex Week 2017 par le Groupe transversal Penser l’urbain par l’image, en collaboration avec le Groupe transversal Métiers de la ville.

Des jours et des nuits sur l’aire, Isabelle Ingold, 2016

15 septembre 2017

Cité Descartes –Bâtiment Bienvenüe

14-20 Bld Newton, Champs sur Marne

Amphi Bienvenüe

9h – 18h

Pôles d’échanges de personnes et de biens, zone d’interconnexion et de transit, lieux emblématiques de l’urbain contemporain mais aussi lieux de travail pour un ensemble de groupes sociaux « prolétarisés » (agents de sécurité, d’entretien, ouvriers des entrepôts, chauffeurs de poids lourds, caissières, personnels de la restauration rapide, de l’hôtellerie etc.), les espaces de flux font l’objet d’une pluralité d’approches au sein du Labex Futurs Urbains.

Notre collectif Penser l’urbain par l’image les aborde par des recherches d’ethnographie visuelle conduites en collaboration avec des artistes impliqués dans des approches critiques de ces questions.

Photographes, cinéastes et chercheurs s’installent dans ces lieux du mouvement, en déplient l’épaisseur, en font émerger ce qui demeure généralement in-vu, en proposent une description analytique, une lecture critique. De quelles manières leurs réalisations documentaires peuvent-elles nourrir les travaux de chercheur-e-s mobilisant ou non ces méthodes d’enquête ou ce type de sources iconographiques ?

La journée sera l’occasion de confronter les regards par des échanges articulés à des projections d’œuvres récentes en présence de leurs auteur-e-s.

Programme

 9h-9h30 : Accueil et présentation de la journée

 9h30-13h : Recherches-créations en cours

 Animation : Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie (sous réserve) et David Gaborieau, Lab’Urba, Université Paris-Est

 9h30-11h : Documenter les zones d’activités logistiques depuis leurs marges : les enseignements de quatre observatoires photographiques

Habituellement perçues par le grand public depuis les infrastructures et les véhicules de transport (autoroute, automobiles), les zones logistiques sont souvent décriées pour leurs nuisances (sonores, paysagères, environnementales). Assez paradoxalement, elles sont aussi dépeintes comme des zones « vides », peu animées, l’essentiel de leur activité se déroulant à l’intérieur des entrepôts et échappant à la vue du public. Fondés sur l’expérience sensorielle et l’épreuve corporelle de la marche, quatre observatoires photographiques ont été mis en place dans des zones logistiques de Marne-la-Vallée, Orléans, Francfort/Main et Kassel. Ils révèlent les contraintes symboliques et matérielles de ces espaces mais aussi leurs potentialités critiques, créatives et émancipatrices.

Avec Cécile Cuny (LATTS/Lab’Urba, CNRS/UPEM) et Hortense Soichet (Lab’Urba), ANR WORKLOG

11H15-13h : « Le fluvial en devenir », résidence de création et ateliers vidéo de l’association Travail et Culture (TEC-CRIAC, Roubaix)

 Avec  Lorena Zilleruelo

  • « Le temps d’un fleuve », travail en cours de Lorena Zilleruelo

 Cette vidéo est un portait d’observation du geste dans le travail du transport fluvial. A travers le voyage d’un grain d’orge depuis l’usine de Prouvy ou de Saint-Saulve et jusqu’à son arrivée au Port d’Anvers transformé en malt, nous allons naviguer sur le fleuve canalisé de l’Escaut à bord du bateau Centurion.

  •  « De l’art d’être grutier », court-métrage de Nicolas Cacheux et Hervé Lesnes, montage L. Zilleruelo, réalisé dans le cadre d’un atelier avec Lorena Zilleruelo

Ce film donne à voir le travail quotidien de deux grutiers de la plate-forme multimodale Contargo à Bruay-sur-l’Escaut dans le Nord de la France. L’un est au sol et manie des engins du type Stacker, l’autre est sur un pont roulant. Tous deux déchargent et chargent des containers sur des bateaux et camions au rythme des flux et reflux de l’Escaut. Ils tentent de montrer « ‘ce que vous ne pouvez pas voir » tout en posant leur propre regard sur leur métier.

 14h-16h : Projection – débat

Des jours et des nuits sur l’aire, documentaire, 2016

 Animation : Anne Jarrigeon (Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris Est)

Avec la réalisatrice Isabelle Ingold

Programmé et primé dans de nombreux festivals internationaux, ce documentaire fait le portrait d’une des aires de repos les plus importantes d’Europe. Ce coin de Picardie draine chaque jour des milliers de gens de passage. L’endroit est à priori totalement déshumanisé : une ville hors sol, sans racine et sans histoire. Pourtant, des vies s’y croisent et se recroisent, des hommes et des femmes tissent des liens. Les dizaines de salariés venus des campagnes environnantes peuvent en témoigner : ce lieu a une âme. Des migrants embarqués clandestinement dans un camion turc, des travailleurs qui expriment la disparité des salaires et des conditions de travail en Europe, témoignent librement. Tous rendent tangibles les frontières entre pays.

https://isabelleingold.com/

16h30 – 18h : « Dialogue international »

Réunion ouverte du Groupe transversal Penser l’urbain par l’image en vue de la programmation 2018-2019. Les chercheur-e-s intéressé-e-s sont les bienvenu-e-s

Quelques impressions et compléments sur le dédommagement des entretiens

Je vous rejoins sur l’essentiel des points.
Le caractère formel de la situation d’enquête se trouve à mon sens renforcé par le recours au dédommagement. S’il est possible de privilégier une entrée ethnographique ou un échange donne finalement lieu à un enregistrement, cela m’apparaît pouvoir créer une situation d’interaction moins « perturbée » pour reprendre les termes de O. Schwartz, qui dans son introduction au Monde privé privé des ouvriers (2012 [1990]) résume très bien je trouve les enjeux de l’ethnographie des mondes privés. Ce qu’il souligne à propos de l’effet de légitimation que peut avoir la situation d’enquête (2012, pp. 42-45) me semble convenir également à la situation de l’entretien dédommagé en écho à ce que David a pu souligner sur le fait qu’on inclue l’enquêté dans le travail de recherche. Néanmoins, pour valoriser sur le long terme cette implication des enquêtés dans la recherche, il apparaît important de parvenir à mettre en avant la valeur non mesurable/monnayable de leur contribution à ce travail.

Sur le financement de la recherche, les questions que posent le dédommagement ne sont pas les mêmes dans le cas des recherches non financées et il apparaît important de souligner que ce dédommagement n’a pas vocation à devenir la norme du travail d’enquête et qu’il convient à une situation particulière où l’entrée ethnographique s’annonce compliquée, voire partiellement incompatible avec les contraintes temporelles de notre terrain. Disposer de ressources pour dédommager ses enquêtés est loin d’être donné à tous les enquêteurs et ce d’autant plus à l’ère des financements sur projet et du désinvestissement chronique dont souffrent les recherches publiques sans applicabilité (économique/politique) à court ou moyen terme. Si nous en venons à prévoir un dédommagement des enquêtés c’est notamment parce que le « sur-budget » propre à la situation d’ANR nous le permet. À l’inverse les doctorants non-financés, étudiants de licence ou de master ne seront probablement pas en mesure de fournir un tel dédommagement. Le cas échéant, on peut se demander si l’obtention de fonds dédiés à la conduite de ce type d’enquête ne risque pas d’apparaître en décalage avec la précarité endémique qui touche un nombre croissant de chercheurs. Pour ce qui est de la situation des titulaires et sans vouloir aucunement minimiser les concessions et sacrifices que les exigences d’une enquête de terrain peut amener à faire, j’ai toujours vu le rapport du chercheur au temps de travail comparable à celui du cadre. Jugé sur leurs résultats, ces deux professionnels sont amenés à rogner sur leur vie privée à intervalles réguliers, en fin de journée, le week-end en vue d’une dead line spécifique et sur des périodes entières de déplacement. Ce parallèle pose alors la question de la rémunération du chercheur qui n’a rien de bien comparable à celle du cadre, même dans la fonction publique !

LOGISTICAL WORKERS International Workshop 31.03.2017

LOGISTICAL WORKERS

STUDYING LABOUR INSIDE LOGISTICAL WORLDS

logistical-workers-31-03-2017-affiche

LOGISTICAL WORKERS 31.03.2017 Affiche.

Programme et présentation de la journée :

LOGISTICAL WORKERS 31.03.2017 program

Journée d’étude internationale organisée dans le cadre du programme de formation-recherche CIERA « Les mondes de l’entrepôt », associée au programme WORKLOG, cofinancée par le CIERA, l’Université Paris Est et le CSU-CRESPPA.

9H00-9H10 Welcome

9H15-9H30 Introduction

Carlotta Benvegnu and David Gaborieau : Logistics as an approach to analyze labour transformations inside global supply chains

9H30-13H00 Labour in warehouses

Discussant : Cécile Cuny, Université Paris Est

Cédric Lomba, CNRS : Drug supply chains: pharmaceutical managers and warehouse workers in a highly standardized organization

Bettina Haidinger, University of Vienna : The role of liberalisation of postal and transport services for fragmented and precarious employment in parcel delivery in the EU

Lucas Tranchant, University of Paris-Ouest : From one warehouse to another. Temp work at the core of a local logistics labour market

Carlotta Benvegnù, University of Paris 8 : Comparing labour process in parcel delivery: Padua and Paris

Haude Rivoal, University of Paris 8 : Masculinities in the workplace : a gendered analysis of a supply chain company

 14H00-17H30 Labour transformations in logistical capitalism

 Discussant : David Gaborieau, University of Paris-Est

 Pavlos Hatzopoulos, University of  Athens : Piraeus Port as a Machinic Assemblage: Labour, Precarity and Struggles

 Moritz Altenried, University of London : Labour, Technology, Space: Logistics in Contemporary Capitalism

 Jake Alimahomed-Wilson, California State University : The Logistics Revolution and the Impact on Labor

 Phillip Staab, University of Hamburg : Raising productivity in consumption – the political economy of e-commerce

 17h30-18h00 Conclusion

Giorgio Grappi, University of Bologna

 Organization : Carlotta Benvegnù (Unipd/ Cresppa-CSU) / carlotta.benvegnu@gmail.com & David Gaborieau (Université of Paris-Est / Lab’Urba) / david.gab@wanadoo.fr

Logistical workers

Studying labour inside logistical worlds

During the last 30 years, the logistics sector has become a key function of the global economy. Nevertheless, social sciences have only recently taken into account the importance of this transformation, trying to depict its impact on the economic systems as well as on working conditions. This conference aims at fostering a dialogue between different researches that, on an international scale, address logistics as an object, a perspective, or even as an analytical concept.

Ensuring the circulation of commodities, semi-finished products and raw materials, logistics can be conceptualized as the infrastructure of globalization. The reorganization of the economies into transnational systems that criss-cross national borders, linked to the transfer of industry plants in low-wage countries, as well as the development of just-in-time production, have impulsed the important growth of the sector. But the development of logistics as an autonomous sector is also the result of the externalization fostered by the big companies of those functions previously considered as marginal or not strategic. At the same time, the evolution of the logistics sector can also be connected to the growth of the retail industry and, more recently, to the expansion of the e-commerce – which hidden face is the concentration inside warehouses of commodities destined to supermarkets or directly to customers. Therefore, depending on the way we observe it, logistics can be presented as a key sector or as a subaltern function, as an innovation or as the prolongation of something older. However, its development has undoubtedly impulsed major transformations of the economic systems, which explains why logistics is today considered as a crucial tool to analyse contemporary capitalism.

From a managerial standpoint, logistics promotes an ideal of smoothness and fluidity, perhaps even the ideal of a dematerialized economy regulated by flows of information. On the contrary, observed from the bottom up, logistics appears as an industry where a large labour force is increasingly needed in order to assure the circulation of goods and raw materials, rather than a continuous flow requiring little interventions. This workforce is either concentrated inside warehouses, ports and airports, or scattered within various companies. Logistics activities are heterogeneous relying on the type of products and markets, and recruitment processes depend also on the sectorial, regional and national contexts. However, logistics shows a number of characteristics that allows to study it as a whole: subcontracting chains, flexibility, traceability control and growing pressure on working conditions. Some important trends have also been observed concerning the employment structure, in particular processes of precarization and racialization of the workforce, as well as the weakening of labor unions. This leads to ask the questions of what a “logistics working class” might be, which place it might occupy inside the social hierarchy, which kind of subjectivity it expresses, as well as to investigate the forms of resistance that are played in this sector.

Ouvriers des entrepôts

Étudier le travail dans les mondes logistiques

Ces trente dernières années, le secteur logistique s’est affirmé jusqu’à revendiquer une place centrale dans le fonctionnement de l’économie mondiale. Toutefois, ce n’est que depuis une période récente que les sciences sociales ont pris la mesure de ces transformations et ont essayé d’en saisir les caractéristiques et les répercussions du point de vue des systèmes économiques, de l’emploi et du travail. Cette journée d’étude ambitionne de faire dialoguer des travaux de recherche qui abordent à l’échelle internationale la logistique comme objet d’étude, angle d’approche ou concept d’analyse.

Assurant la circulation mondiale des produits finis, semi-finis et des matières premières, la logistique peut être considérée comme une infrastructure de la globalisation. La réorganisation des économies en systèmes transnationaux, liée au transfert d’une partie des installations industrielles dans les pays à bas coûts de production, ainsi que le développement du système de production en juste-à-temps, avec peu de stocks intermédiaires, ont en effet entrainé une forte croissance du secteur.  Mais l’émergence de la logistique en tant que secteur autonome est aussi liée à l’externalisation par les grands groupes industriels et commerciaux de leurs fonctions auparavant jugées annexes ou pas suffisamment stratégiques. Elle peut également être rattachée à l’essor de la grande distribution et plus récemment du commerce en ligne, dont la face cachée est la concentration et la manipulation en entrepôt des produits à destination des supermarchés ou des particuliers. Selon la façon dont on l’observe, la logistique peut donc être présentée à la fois comme un secteur clef ou comme un acteur subalterne, comme une nouveauté ou comme un prolongement. Dans tous les cas, son développement induit des transformations fondamentales dans les systèmes productifs, ce qui explique que la logistique soit désormais mobilisée comme un angle d’approche pour l’analyse du capitalisme contemporain.

Du point de vue managérial, la logistique propose un idéal de connectivité et de fluidité, voire d’une économie dématérialisée régulée par des flux d’informations. Mais observé par le bas, le secteur renvoie une tout autre image que celle d’un écoulement continu nécessitant peu d’interventions. Il se présente sous la forme d’une industrie qui, pour produire la circulation des biens et matières du capitalisme, a recours à une main d’œuvre nombreuse. Très majoritairement ouvrière, cette dernière est concentrée dans des entrepôts, des ports et des aéroports, ou bien disséminée dans les entreprises qui ont recours à cette fonction. Les activités logistiques ne sont donc pas homogènes et diffèrent notamment selon le type de produit manipulé et le type de marché desservi. Elles mobilisent également différents types de salariat selon les contextes sectoriels, régionaux et nationaux. Pour autant, la production du flux rassemble bien certaines caractéristiques qui encouragent à observer la logistique comme un tout : la pression des commanditaires, la variabilité des volumes, le contrôle de la traçabilité ou la pénibilité liée au port de charges. Des tendances lourdes ont également été observées dans les formes d’emploi, en particulier la précarisation croissante des statuts, l’affaiblissement de la représentation syndicale, et des processus de racialisation de la main d’œuvre. Ces proximités en termes de conditions de travail et d’emploi encouragent à poser la question de ce que peut être un prolétariat logistique, de la place qu’il occupe dans la hiérarchie sociale, des subjectivités qu’il exprime, ainsi qu’à interroger les formes de résistance au travail et à l’emploi dégradés.

Retour sur Le monde privé des ouvriers

La journée organisée le 9 décembre 2016 par les équipes du Lab’Top et du CSU (UMR CNRS CRESPPA) à partir du livre d’Olivier  Schwartz, Le monde privé des ouvriers, était très riche, comme en témoignent la diversité des axes de lecture qui y ont été développés. J’en retiendrai 3 pour en tirer quelques pistes pour notre projet.

1/ La question des rapports sociaux de sexe ou de genre à l’intérieur des familles ouvrières

Cette question a inauguré la journée avec une intervention de D. Memmi sur les désirs féminins et masculins, réunis dans une expression à double sens : « leurs désirs [ceux des femmes] font désordre [dans la famille] » ou « leurs désirs [ceux des hommes] sont des ordres [pour leurs femmes] ».  La réponse d’O. Schwartz à l’analyse croisée de ces désirs est revenue sur la place des femmes dans la famille ouvrière et sur la relation entre domination masculine et domination sociale.

O. Schwartz a d’abord rappelé combien la place des femmes était ambivalente dans les familles populaires des années 1980. D’un côté, elles avaient un réel pouvoir de gouvernement de la famille (elles centralisaient les ressources, exprimaient aussi des demandes aux hommes de ce point de vue : « tu ne m’as pas donné toute ta paie et je le sais »), mais cette position de pouvoir, que l’on ne retrouve pas dans les familles bourgeoises, était l’effet de la condition sociale fondamentalement dominée des familles ouvrières : c’est parce que les salaires étaient bas et que les conditions de vie étaient dures que les femmes occupaient cette position dans la famille. D’un autre côté, ce pouvoir statutaire fort n’existait ou ne pouvait être exercé qu’à la condition qu’elles se plient à l’ordre des sexes et à leur fonction première qui est celle d’être les gardiennes du foyer, alors que les ressources sont très faibles pour pouvoir y parvenir, cad aussi alors qu’elles ont toutes les chances d’échouer dans cette fonction. Elles pouvaient donc avoir des désirs, à la condition qu’ils restent inscrits dans l’ordre des sexes et dans le cadre de leur fonction. En cela, elles ne disposaient pas, contrairement aux hommes, de lieux propres, dans lesquels elles pouvaient exprimer des désirs pour elles-mêmes.

Plus tard dans la journée, Olivier Masclet a proposé une actualisation de ce thème. Les monographies de familles réalisées dans le cadre de l’ANR CLASPOP tendent à établir que les femmes des classes populaires aujourd’hui, contrairement à leurs aînées, ont davantage accès à un « monde propre », compris comme sphère d’autonomie et d’auto-appartenance des individus par rapport à la famille.  3 facteurs contribueraient au développement du temps pour soi chez les femmes des classes populaires aujourd’hui :

  • le moment dans lequel elles se trouvent dans le cycle de vie (le « monde propre » commence vers 40 ans, lorsque les enfants sont grands et quittent le foyer par exemple) ;
  • les ressources relationnelles : le « monde propre » se développe grâce aux relations nouées avec les collègues, les amies, les filles ; autrement dit les « mondes propres » dessinent aussi des entre-soi féminins ;
  • le type de travail salarié : plus les conditions de travail isolent les individus, plus le temps pour soi devient nécessaire comme forme de reconquête de soi à l’extérieur du travail et hors du travail.

D’après O. Masclet, on assisterait ainsi aujourd’hui à une revendication plus forte, de la part des femmes des classes populaires, à l’autonomie, d’un « droit à la vie privée », d’un élargissement des horizons en-dehors ou au-delà du mariage et des enfants, cad une diversification des destins féminins possibles à l’intérieur des classes populaires, qui passe notamment, chez les jeunes filles, par une critique du destin de leurs mères (et de la domination exercée par leur père sur leur mère et sur elles-mêmes) et par une aspiration à une qualification professionnelle qui leur assure un meilleur accès à l’emploi.

Masclet interprète également le développement de ce « monde privé » féminin dans les familles populaires contemporaines comme une réponse à la position subalterne de ces femmes au travail. En cela, il transpose l’analyse qu’O. Schwartz faisait de la fonction du « privé » chez les hommes dans les familles ouvrières de son enquête à la situation des femmes des classes populaires d’aujourd’hui : le développement d’une sphère d’autonomie individuelle se manifesterait par des activités comme la mode, le maquillage, les émissions de beauté, qu’il interprète comme l’expression d’un désir de se valoriser autrement que par le travail. Il semble ainsi que les « intérêts narcissiques », soit « la faculté, que donne l’écart à la nécessité, de pouvoir se protéger, se satisfaire au-delà des besoins, et de vouloir quelque chose pour soi » (MPO, p. 512) se soient imposés dans les univers populaires féminins.

Enfin, le développement de cette sphère « privée » féminine à l’intérieur des familles populaires contemporaines aspirerait les femmes vers l’extérieur tandis que les hommes seraient symétriquement attirés vers l’intérieur (par le chômage et la précarité) et des modes de valorisation passant par l’épaississement des identités professionnelles.

Reste que l’ambivalence de ces transformations, déjà repérée à la fin du livre d’O. Schwartz, ne semble pas tranchée : signifient-elles une fragilisation des individus et du groupe, dans la mesure où la famille constitue une sphère d’accumulation et de résistance (à la précarité ou à la paupérisation), ou au contraire le renforcement des logiques d’émancipation culturelle et morale au sein des classes populaires contemporaines ?

Du point de vue de notre projet, cet axe d’analyse (l’examen des rapports sociaux de sexe à l’intérieur des couples que nous allons rencontrer) s’avère intéressant à plusieurs points de vue :

  • une différenciation ho/fe des entre-soi : des entre-soi typiquement féminins vs. des entre-soi typiquement masculins qui ne s’inscrivent pas dans les mêmes lieux et ne se développent pas à partir des mêmes pratiques ;
  • une inversion des investissements du domicile avec des femmes qui investissent l’extérieur tandis que les hommes l’intérieur ;
  • en 1980, les logiques d’émancipation culturelle et morale repérées par Schwartz étaient analysées par ce dernier comme le produit de 3 processus concomitants : la déprolétarisation (augmentation des salaires, du confort de vie, sécurité de l’emploi etc.), la démocratisation culturelle (avec l’augmentation de la durée de scolarisation des enfants des classes populaires), l’expansion politique du monde ouvrier. Quels seraient aujourd’hui les facteurs de la reconfiguration de la place des femmes et des hommes au sein des familles, sachant que l’on a plutôt affaire à des tendances opposées (précarisation, renforcement des inégalités scolaires, « crise » des organisations assurant traditionnellement la représentation des intérêts des classes populaires) ? Ou faut-il considérer que l’émergence d’un « monde propre » pour les femmes est un facteur de fragilisation des familles et de la condition ouvrière ? que la dimension « émancipatrice » dont pouvait être porteur le privé pour les femmes (et pour certains hommes) n’a été qu’une parenthèse des années 1980 ?
  • quels sont les effets de cette reconfiguration ? A-t-on affaire à une fragilisation des familles ? une insécurisation des parcours de vie ? est-ce le père qui remplace la mère comme garante de la famille et de sa cohésion ?

2/ L’insécurité et sa gestion quotidienne

Ce deuxième axe de lecture a été amené par C. Lomba qui a repéré trois dimensions de l’insécurité caractéristique des familles ouvrières :

  • insécurité de l’emploi liée aux fermetures d’usines, aux restructurations ; de ce point de vue, il convient, selon C. Lomba, de ne pas seulement analyser la stabilité à l’aune de l’ancienneté dans une entreprise mais aussi de l’instabilité subjective qui peut naître du voisinage de licenciements ou de restructurations ;
  • insécurité économique liée aux revenus irréguliers, à la part variable des revenus (primes, heures supplémentaires) mais aussi aux dispositifs de « flexibilité » utilisés par les entreprises pour moduler la masse salariale (chômage partiel, variation des horaires) ;
  • menaces sur la détérioration des corps que font peser les risques d’accidents, de maladies, les dépressions.

A ces trois dimensions de l’insécurité, qui fondent la condition prolétaire (à côté de la position dominée ou subalterne dans la division sociale du travail) répondent un ensemble de conduites abordées dans deux autres interventions. La première, de N. Duvoux, insiste sur le rôle des objets à la fois comme « victoires » sur le manque et comme investissements imaginaires, tandis que la seconde, d’A. Perrin-Heredia revient sur les trois stratégies économiques identifiées par O. Schwartz pour gérer le manque de ressources : les conduites ascétiques, tactiques et de fuite. Plus que des jugements normatifs, cette typologie a plutôt, selon A. Perrin-Heredia, une vocation descriptive. Elle repose en effet sur l’idée que les conduites économiques et leurs différenciations reflètent les différenciation internes au groupe ouvrier.

S’agissant des objets, O. Schwartz précise que son livre traite plus de la dépossession que de l’insécurité, les objets et la jubilation à les posséder à mesure que les familles ouvrières accèdent à la consommation permettant de créer de la « bonne vie », cad des moments heureux, et un sentiment d’abondance. Il semble ainsi qu’une constante des modes de vie populaires se joue dans l’investissement des biens de consommation et dans la jubilation à posséder des objets, même s’ils ont peu de valeur, pour recréer un sentiment d’abondance.

Du point de vue de notre projet, cet axe d’analyse s’avère intéressant à plusieurs points de vue :

  • la relation entre stabilité subjective (ou ressentie), stabilité objective et contexte économique à l’échelle de la zone logistique et de la région : comment la situation dans les entrepôts voisins et sur le marché du travail local est-elle perçue par les salariés et quel impact cette perception a-t-elle sur leur propre sentiment de « stabilité » ou d’insécurité ?
  • la relation entre stabilité subjective (ou insécurité subjective), conduites économiques et pratiques de consommation : quelles conduites de prévision et de calcul les salariés mettent-ils ou non en place ? quelles relations s’instaurent entre pratiques d’évaluation des salaires, prévisions d’achat et conduites d’achat effectives ?
  • la relation entre les conduites économiques et la stratification sociale : dans quelle mesure les conduites économiques peuvent-elles renforcer une stabilité initiale ou au contraire la fragiliser ; et inversement renforcer une insécurité initiale ou améliorer une situation initialement fragile ?
  • relations entre conduites économiques et trajectoires sociales ou socialisations familiales : les conduites économiques sont « apprises » ou « acquises » au cours du parcours social ; la fragilité ou la stabilité de certains ménages est donc aussi à resituer dans les histoires et parcours de vie.

3/ La question de la politisation ou du rapport à la politique des ouvriers

Cette question a été abordée surtout en filigrane au cours de la journée et de manière plus explicite lors de la table-ronde, notamment par A. Collovald.

Cette dernière revient sur le thème de la radicalisation (à droite ou à l’extrême droite) du vote populaire, thème développé par les médias et les sondeurs mais dont les travaux en sociologie politique (P. Lehingue) ont montré qu’il était faux. Ce qui est surtout constaté, c’est la progression de l’abstention et de l’indifférence au politique parmi les classes populaires. Un facteur de la progression de l’indifférence au politique serait l’affaiblissement des identités sociales du groupe : aujourd’hui seulement 15 % des ouvriers se disent encore « ouvriers » ; or les recherches sur la politisation du groupe ouvrier dans les années 1960 (de G. Michelat notamment) montrent que la politisation de ce groupe était fortement indexée à l’identification sociale à la classe.

La dépolitisation relative reflèterait la dislocation de l’identité de classe qui figure aussi au centre du « monde privé » des ouvriers, O. Schwartz ayant en quelque sorte été le premier à saisir les signes de cette dislocation dans un contexte, rappelé plus tôt dans la journée par Nicolas Hatzfeld, où l’essentiel des travaux se focalise encore sur le mouvement ouvrier. Il y aurait ainsi deux moments qui différencient les recherches sur le groupe ouvrier menées dans les années 1990 :

  • le début des années 1990, moment de publication du livre d’O. Schwartz et, juste avant lui, de celui de F. Weber, encore marqué par une forte visibilité du mouvement ouvrier chez les intellectuels, ce qui conduit les deux auteurs à déporter le regard ailleurs, du côté de la vie privée ou des espaces intermédiaires entre famille et usine ;
  • la fin des années 1990, moment de publication du livre de S. Beaud et M. Pialoux, qui s’inscrit plutôt dans le contexte de l’invisibilisation du groupe auprès des intellectuels et, plus largement, dans la société.

Du point de vue de notre projet, ce dernier axe d’analyse signale l’existence d’une relation entre le travail intellectuel de mise en visibilité de certains aspects du groupe, sa conscience propre et son rapport à la politique ; dans notre cas, l’attention portée aux entre-soi et aux relations ou correspondances qui peuvent exister malgré ou au-delà de leur dissémination peut certainement se lire comme une tentative pour réconcilier deux vues qui s’affrontent (incarnées me semble-t-il par F. Weber d’un côté et O. Schwartz de l’autre) entre, d’un côté, une volonté de repolitiser le groupe en montrant qu’il existe dans ses formes collectives, même si celles-ci ne correspondent plus à l’état mythifié du mouvement ouvrier du 19e siècle, et, de l’autre, le fait de constater les tendances à la « privatisation » du groupe.

Il semble d’ailleurs que l’idée même de cette « privatisation » soit au cœur de la controverse. Elle fait notamment référence aux « libertés » que les 4 personnages de la fin du livre d’O. Schwartz prennent avec les normes familiales et la « morale » de leur groupe et qu’il analyse comme des indices d’une pluralisation des styles de vie populaires. Pour aller dans le sens de F. Weber, le fait de qualifier « de lutte continuée pour l’émancipation » ces « libertés » me semble problématique dans la mesure où cette « pluralisation des normes » reste confinée à l’espace « privé » : elle reste non seulement cachée mais également peu revendiquée.

L’Heure bleue revient sur L’établi de R. Linhart

Cette série d’émissions me paraît intéressante à deux points de vue – au moins :

  • pour les lectures du texte de R. Linhart par Sami Frey, qui restituent les descriptions à la fois engagées et incarnées de l’univers de l’usine (bruits, odeurs, couleurs, douleurs du corps, rythme de la chaîne, souvent personnifiée) et de son « système d’oppression » (L. Kaplan);
  • pour la restitution du contexte politique et intellectuel dans lequel s’inscrit ce texte, « l’établissement » visant « un travail d’organisation dans la classe ouvrière », non une « expérience de réforme individuelle » (R. Linhart).

Première émission de la série, lundi 26 décembre 2016. Robert Linhart revient sur son parcours avant son « établissement »:

Deuxième émission de la série, mardi 27 décembre 2016. Leslie Kaplan revient sur sa propre expérience dans une usine de Lyon (restituée dans L’excès-l’usine, 1987):

Troisième émission de la série, mercredi 28 décembre 2016.  Michelle Zancharini-Fournel parle des relations entre étudiants et ouvriers lors des grèves de « mai-juin 1968 » et des années suivantes :

Quatrième émission de la série, jeudi 29 décembre 2016. Virginie Linhart restitue le point de vue des enfants de/sur l’extrême gauche « révolutionnaire » :

Cinquième et dernière émission de la série, vendredi 30 décembre. Robert Linhart parle (un peu) de son livre et des suites de son « établissement » :