Archives de catégorie : Entretien

Quelques impressions et compléments sur le dédommagement des entretiens

Je vous rejoins sur l’essentiel des points.
Le caractère formel de la situation d’enquête se trouve à mon sens renforcé par le recours au dédommagement. S’il est possible de privilégier une entrée ethnographique ou un échange donne finalement lieu à un enregistrement, cela m’apparaît pouvoir créer une situation d’interaction moins « perturbée » pour reprendre les termes de O. Schwartz, qui dans son introduction au Monde privé privé des ouvriers (2012 [1990]) résume très bien je trouve les enjeux de l’ethnographie des mondes privés. Ce qu’il souligne à propos de l’effet de légitimation que peut avoir la situation d’enquête (2012, pp. 42-45) me semble convenir également à la situation de l’entretien dédommagé en écho à ce que David a pu souligner sur le fait qu’on inclue l’enquêté dans le travail de recherche. Néanmoins, pour valoriser sur le long terme cette implication des enquêtés dans la recherche, il apparaît important de parvenir à mettre en avant la valeur non mesurable/monnayable de leur contribution à ce travail.

Sur le financement de la recherche, les questions que posent le dédommagement ne sont pas les mêmes dans le cas des recherches non financées et il apparaît important de souligner que ce dédommagement n’a pas vocation à devenir la norme du travail d’enquête et qu’il convient à une situation particulière où l’entrée ethnographique s’annonce compliquée, voire partiellement incompatible avec les contraintes temporelles de notre terrain. Disposer de ressources pour dédommager ses enquêtés est loin d’être donné à tous les enquêteurs et ce d’autant plus à l’ère des financements sur projet et du désinvestissement chronique dont souffrent les recherches publiques sans applicabilité (économique/politique) à court ou moyen terme. Si nous en venons à prévoir un dédommagement des enquêtés c’est notamment parce que le « sur-budget » propre à la situation d’ANR nous le permet. À l’inverse les doctorants non-financés, étudiants de licence ou de master ne seront probablement pas en mesure de fournir un tel dédommagement. Le cas échéant, on peut se demander si l’obtention de fonds dédiés à la conduite de ce type d’enquête ne risque pas d’apparaître en décalage avec la précarité endémique qui touche un nombre croissant de chercheurs. Pour ce qui est de la situation des titulaires et sans vouloir aucunement minimiser les concessions et sacrifices que les exigences d’une enquête de terrain peut amener à faire, j’ai toujours vu le rapport du chercheur au temps de travail comparable à celui du cadre. Jugé sur leurs résultats, ces deux professionnels sont amenés à rogner sur leur vie privée à intervalles réguliers, en fin de journée, le week-end en vue d’une dead line spécifique et sur des périodes entières de déplacement. Ce parallèle pose alors la question de la rémunération du chercheur qui n’a rien de bien comparable à celle du cadre, même dans la fonction publique !