Archives de catégorie : Notes bibliographiques

Retour sur Le monde privé des ouvriers

La journée organisée le 9 décembre 2016 par les équipes du Lab’Top et du CSU (UMR CNRS CRESPPA) à partir du livre d’Olivier  Schwartz, Le monde privé des ouvriers, était très riche, comme en témoignent la diversité des axes de lecture qui y ont été développés. J’en retiendrai 3 pour en tirer quelques pistes pour notre projet.

1/ La question des rapports sociaux de sexe ou de genre à l’intérieur des familles ouvrières

Cette question a inauguré la journée avec une intervention de D. Memmi sur les désirs féminins et masculins, réunis dans une expression à double sens : « leurs désirs [ceux des femmes] font désordre [dans la famille] » ou « leurs désirs [ceux des hommes] sont des ordres [pour leurs femmes] ».  La réponse d’O. Schwartz à l’analyse croisée de ces désirs est revenue sur la place des femmes dans la famille ouvrière et sur la relation entre domination masculine et domination sociale.

O. Schwartz a d’abord rappelé combien la place des femmes était ambivalente dans les familles populaires des années 1980. D’un côté, elles avaient un réel pouvoir de gouvernement de la famille (elles centralisaient les ressources, exprimaient aussi des demandes aux hommes de ce point de vue : « tu ne m’as pas donné toute ta paie et je le sais »), mais cette position de pouvoir, que l’on ne retrouve pas dans les familles bourgeoises, était l’effet de la condition sociale fondamentalement dominée des familles ouvrières : c’est parce que les salaires étaient bas et que les conditions de vie étaient dures que les femmes occupaient cette position dans la famille. D’un autre côté, ce pouvoir statutaire fort n’existait ou ne pouvait être exercé qu’à la condition qu’elles se plient à l’ordre des sexes et à leur fonction première qui est celle d’être les gardiennes du foyer, alors que les ressources sont très faibles pour pouvoir y parvenir, cad aussi alors qu’elles ont toutes les chances d’échouer dans cette fonction. Elles pouvaient donc avoir des désirs, à la condition qu’ils restent inscrits dans l’ordre des sexes et dans le cadre de leur fonction. En cela, elles ne disposaient pas, contrairement aux hommes, de lieux propres, dans lesquels elles pouvaient exprimer des désirs pour elles-mêmes.

Plus tard dans la journée, Olivier Masclet a proposé une actualisation de ce thème. Les monographies de familles réalisées dans le cadre de l’ANR CLASPOP tendent à établir que les femmes des classes populaires aujourd’hui, contrairement à leurs aînées, ont davantage accès à un « monde propre », compris comme sphère d’autonomie et d’auto-appartenance des individus par rapport à la famille.  3 facteurs contribueraient au développement du temps pour soi chez les femmes des classes populaires aujourd’hui :

  • le moment dans lequel elles se trouvent dans le cycle de vie (le « monde propre » commence vers 40 ans, lorsque les enfants sont grands et quittent le foyer par exemple) ;
  • les ressources relationnelles : le « monde propre » se développe grâce aux relations nouées avec les collègues, les amies, les filles ; autrement dit les « mondes propres » dessinent aussi des entre-soi féminins ;
  • le type de travail salarié : plus les conditions de travail isolent les individus, plus le temps pour soi devient nécessaire comme forme de reconquête de soi à l’extérieur du travail et hors du travail.

D’après O. Masclet, on assisterait ainsi aujourd’hui à une revendication plus forte, de la part des femmes des classes populaires, à l’autonomie, d’un « droit à la vie privée », d’un élargissement des horizons en-dehors ou au-delà du mariage et des enfants, cad une diversification des destins féminins possibles à l’intérieur des classes populaires, qui passe notamment, chez les jeunes filles, par une critique du destin de leurs mères (et de la domination exercée par leur père sur leur mère et sur elles-mêmes) et par une aspiration à une qualification professionnelle qui leur assure un meilleur accès à l’emploi.

Masclet interprète également le développement de ce « monde privé » féminin dans les familles populaires contemporaines comme une réponse à la position subalterne de ces femmes au travail. En cela, il transpose l’analyse qu’O. Schwartz faisait de la fonction du « privé » chez les hommes dans les familles ouvrières de son enquête à la situation des femmes des classes populaires d’aujourd’hui : le développement d’une sphère d’autonomie individuelle se manifesterait par des activités comme la mode, le maquillage, les émissions de beauté, qu’il interprète comme l’expression d’un désir de se valoriser autrement que par le travail. Il semble ainsi que les « intérêts narcissiques », soit « la faculté, que donne l’écart à la nécessité, de pouvoir se protéger, se satisfaire au-delà des besoins, et de vouloir quelque chose pour soi » (MPO, p. 512) se soient imposés dans les univers populaires féminins.

Enfin, le développement de cette sphère « privée » féminine à l’intérieur des familles populaires contemporaines aspirerait les femmes vers l’extérieur tandis que les hommes seraient symétriquement attirés vers l’intérieur (par le chômage et la précarité) et des modes de valorisation passant par l’épaississement des identités professionnelles.

Reste que l’ambivalence de ces transformations, déjà repérée à la fin du livre d’O. Schwartz, ne semble pas tranchée : signifient-elles une fragilisation des individus et du groupe, dans la mesure où la famille constitue une sphère d’accumulation et de résistance (à la précarité ou à la paupérisation), ou au contraire le renforcement des logiques d’émancipation culturelle et morale au sein des classes populaires contemporaines ?

Du point de vue de notre projet, cet axe d’analyse (l’examen des rapports sociaux de sexe à l’intérieur des couples que nous allons rencontrer) s’avère intéressant à plusieurs points de vue :

  • une différenciation ho/fe des entre-soi : des entre-soi typiquement féminins vs. des entre-soi typiquement masculins qui ne s’inscrivent pas dans les mêmes lieux et ne se développent pas à partir des mêmes pratiques ;
  • une inversion des investissements du domicile avec des femmes qui investissent l’extérieur tandis que les hommes l’intérieur ;
  • en 1980, les logiques d’émancipation culturelle et morale repérées par Schwartz étaient analysées par ce dernier comme le produit de 3 processus concomitants : la déprolétarisation (augmentation des salaires, du confort de vie, sécurité de l’emploi etc.), la démocratisation culturelle (avec l’augmentation de la durée de scolarisation des enfants des classes populaires), l’expansion politique du monde ouvrier. Quels seraient aujourd’hui les facteurs de la reconfiguration de la place des femmes et des hommes au sein des familles, sachant que l’on a plutôt affaire à des tendances opposées (précarisation, renforcement des inégalités scolaires, « crise » des organisations assurant traditionnellement la représentation des intérêts des classes populaires) ? Ou faut-il considérer que l’émergence d’un « monde propre » pour les femmes est un facteur de fragilisation des familles et de la condition ouvrière ? que la dimension « émancipatrice » dont pouvait être porteur le privé pour les femmes (et pour certains hommes) n’a été qu’une parenthèse des années 1980 ?
  • quels sont les effets de cette reconfiguration ? A-t-on affaire à une fragilisation des familles ? une insécurisation des parcours de vie ? est-ce le père qui remplace la mère comme garante de la famille et de sa cohésion ?

2/ L’insécurité et sa gestion quotidienne

Ce deuxième axe de lecture a été amené par C. Lomba qui a repéré trois dimensions de l’insécurité caractéristique des familles ouvrières :

  • insécurité de l’emploi liée aux fermetures d’usines, aux restructurations ; de ce point de vue, il convient, selon C. Lomba, de ne pas seulement analyser la stabilité à l’aune de l’ancienneté dans une entreprise mais aussi de l’instabilité subjective qui peut naître du voisinage de licenciements ou de restructurations ;
  • insécurité économique liée aux revenus irréguliers, à la part variable des revenus (primes, heures supplémentaires) mais aussi aux dispositifs de « flexibilité » utilisés par les entreprises pour moduler la masse salariale (chômage partiel, variation des horaires) ;
  • menaces sur la détérioration des corps que font peser les risques d’accidents, de maladies, les dépressions.

A ces trois dimensions de l’insécurité, qui fondent la condition prolétaire (à côté de la position dominée ou subalterne dans la division sociale du travail) répondent un ensemble de conduites abordées dans deux autres interventions. La première, de N. Duvoux, insiste sur le rôle des objets à la fois comme « victoires » sur le manque et comme investissements imaginaires, tandis que la seconde, d’A. Perrin-Heredia revient sur les trois stratégies économiques identifiées par O. Schwartz pour gérer le manque de ressources : les conduites ascétiques, tactiques et de fuite. Plus que des jugements normatifs, cette typologie a plutôt, selon A. Perrin-Heredia, une vocation descriptive. Elle repose en effet sur l’idée que les conduites économiques et leurs différenciations reflètent les différenciation internes au groupe ouvrier.

S’agissant des objets, O. Schwartz précise que son livre traite plus de la dépossession que de l’insécurité, les objets et la jubilation à les posséder à mesure que les familles ouvrières accèdent à la consommation permettant de créer de la « bonne vie », cad des moments heureux, et un sentiment d’abondance. Il semble ainsi qu’une constante des modes de vie populaires se joue dans l’investissement des biens de consommation et dans la jubilation à posséder des objets, même s’ils ont peu de valeur, pour recréer un sentiment d’abondance.

Du point de vue de notre projet, cet axe d’analyse s’avère intéressant à plusieurs points de vue :

  • la relation entre stabilité subjective (ou ressentie), stabilité objective et contexte économique à l’échelle de la zone logistique et de la région : comment la situation dans les entrepôts voisins et sur le marché du travail local est-elle perçue par les salariés et quel impact cette perception a-t-elle sur leur propre sentiment de « stabilité » ou d’insécurité ?
  • la relation entre stabilité subjective (ou insécurité subjective), conduites économiques et pratiques de consommation : quelles conduites de prévision et de calcul les salariés mettent-ils ou non en place ? quelles relations s’instaurent entre pratiques d’évaluation des salaires, prévisions d’achat et conduites d’achat effectives ?
  • la relation entre les conduites économiques et la stratification sociale : dans quelle mesure les conduites économiques peuvent-elles renforcer une stabilité initiale ou au contraire la fragiliser ; et inversement renforcer une insécurité initiale ou améliorer une situation initialement fragile ?
  • relations entre conduites économiques et trajectoires sociales ou socialisations familiales : les conduites économiques sont « apprises » ou « acquises » au cours du parcours social ; la fragilité ou la stabilité de certains ménages est donc aussi à resituer dans les histoires et parcours de vie.

3/ La question de la politisation ou du rapport à la politique des ouvriers

Cette question a été abordée surtout en filigrane au cours de la journée et de manière plus explicite lors de la table-ronde, notamment par A. Collovald.

Cette dernière revient sur le thème de la radicalisation (à droite ou à l’extrême droite) du vote populaire, thème développé par les médias et les sondeurs mais dont les travaux en sociologie politique (P. Lehingue) ont montré qu’il était faux. Ce qui est surtout constaté, c’est la progression de l’abstention et de l’indifférence au politique parmi les classes populaires. Un facteur de la progression de l’indifférence au politique serait l’affaiblissement des identités sociales du groupe : aujourd’hui seulement 15 % des ouvriers se disent encore « ouvriers » ; or les recherches sur la politisation du groupe ouvrier dans les années 1960 (de G. Michelat notamment) montrent que la politisation de ce groupe était fortement indexée à l’identification sociale à la classe.

La dépolitisation relative reflèterait la dislocation de l’identité de classe qui figure aussi au centre du « monde privé » des ouvriers, O. Schwartz ayant en quelque sorte été le premier à saisir les signes de cette dislocation dans un contexte, rappelé plus tôt dans la journée par Nicolas Hatzfeld, où l’essentiel des travaux se focalise encore sur le mouvement ouvrier. Il y aurait ainsi deux moments qui différencient les recherches sur le groupe ouvrier menées dans les années 1990 :

  • le début des années 1990, moment de publication du livre d’O. Schwartz et, juste avant lui, de celui de F. Weber, encore marqué par une forte visibilité du mouvement ouvrier chez les intellectuels, ce qui conduit les deux auteurs à déporter le regard ailleurs, du côté de la vie privée ou des espaces intermédiaires entre famille et usine ;
  • la fin des années 1990, moment de publication du livre de S. Beaud et M. Pialoux, qui s’inscrit plutôt dans le contexte de l’invisibilisation du groupe auprès des intellectuels et, plus largement, dans la société.

Du point de vue de notre projet, ce dernier axe d’analyse signale l’existence d’une relation entre le travail intellectuel de mise en visibilité de certains aspects du groupe, sa conscience propre et son rapport à la politique ; dans notre cas, l’attention portée aux entre-soi et aux relations ou correspondances qui peuvent exister malgré ou au-delà de leur dissémination peut certainement se lire comme une tentative pour réconcilier deux vues qui s’affrontent (incarnées me semble-t-il par F. Weber d’un côté et O. Schwartz de l’autre) entre, d’un côté, une volonté de repolitiser le groupe en montrant qu’il existe dans ses formes collectives, même si celles-ci ne correspondent plus à l’état mythifié du mouvement ouvrier du 19e siècle, et, de l’autre, le fait de constater les tendances à la « privatisation » du groupe.

Il semble d’ailleurs que l’idée même de cette « privatisation » soit au cœur de la controverse. Elle fait notamment référence aux « libertés » que les 4 personnages de la fin du livre d’O. Schwartz prennent avec les normes familiales et la « morale » de leur groupe et qu’il analyse comme des indices d’une pluralisation des styles de vie populaires. Pour aller dans le sens de F. Weber, le fait de qualifier « de lutte continuée pour l’émancipation » ces « libertés » me semble problématique dans la mesure où cette « pluralisation des normes » reste confinée à l’espace « privé » : elle reste non seulement cachée mais également peu revendiquée.

L’Heure bleue revient sur L’établi de R. Linhart

Cette série d’émissions me paraît intéressante à deux points de vue – au moins :

  • pour les lectures du texte de R. Linhart par Sami Frey, qui restituent les descriptions à la fois engagées et incarnées de l’univers de l’usine (bruits, odeurs, couleurs, douleurs du corps, rythme de la chaîne, souvent personnifiée) et de son « système d’oppression » (L. Kaplan);
  • pour la restitution du contexte politique et intellectuel dans lequel s’inscrit ce texte, « l’établissement » visant « un travail d’organisation dans la classe ouvrière », non une « expérience de réforme individuelle » (R. Linhart).

Première émission de la série, lundi 26 décembre 2016. Robert Linhart revient sur son parcours avant son « établissement »:

Deuxième émission de la série, mardi 27 décembre 2016. Leslie Kaplan revient sur sa propre expérience dans une usine de Lyon (restituée dans L’excès-l’usine, 1987):

Troisième émission de la série, mercredi 28 décembre 2016.  Michelle Zancharini-Fournel parle des relations entre étudiants et ouvriers lors des grèves de « mai-juin 1968 » et des années suivantes :

Quatrième émission de la série, jeudi 29 décembre 2016. Virginie Linhart restitue le point de vue des enfants de/sur l’extrême gauche « révolutionnaire » :

Cinquième et dernière émission de la série, vendredi 30 décembre. Robert Linhart parle (un peu) de son livre et des suites de son « établissement » :


Les débats allemands sur le « prolétariat de service »

La notion de « prolétariat de service » (Dienstleistungsproletariat) a été introduite en Allemagne par un groupe de chercheurs réunis autour de Gøsta Esping-Andersen dans le cadre d’une recherche européenne sur les services peu qualifiés (einfache Dienstleistungsarbeit), c’est-à-dire les services d’aide à la personne, d’entretien, de gardiennage ou de livraison (Esping, Andersen, 1993 ; Bahl, 2014 ; Staab, 2014). Elle s’inscrit dans un débat plus large sur la tertiarisation des économies de tradition industrielle et revêt dans ce cadre une double ambition.

Il s’agit d’abord de sortir de l’opposition entre « cols blancs » et « cols bleus » qui structure la sociologie du travail allemande jusque dans les années 1990 (Brose, 1998). Dans cette perspective, la notion de Dienstleistungsproletariat insiste sur l’hétérogénéité des positions professionnelles dans le secteur des services. Elle oppose plus particulièrement la Dienstklasse, qui correspond à la fraction diplômée des professionnels des services et recouvre les cadres des administrations, les ingénieurs et autres métiers techniques ou encore les professions intellectuelles (enseignants, éducateurs, métiers de la culture par exemple), aux services peu qualifiés dont les procédures de certification restent floues. L’enjeu de la notion de Dienstleistungsproletariat est, dans ce cadre, assez proche de celle de la catégorie française de « classe populaire », puisqu’il s’agit de réunir les ouvriers et les employés sous la bannière d’une condition commune, qui se caractériserait par des revenus du travail insuffisants pour couvrir les dépenses de base (logement, transport, alimentation), par la précarité des contrats et conditions de travail ou encore par la déqualification du travail (Bahl, 2014 ; Schwartz, 2011).

Dans cette contribution, j’aimerais revenir sur la seconde ambition de la notion de « prolétariat de service », qui consiste à « attirer l’attention de manière systématique sur le visage féminin des services peu qualifiés » (Bahl, 2014, p. 23). Gøsta Esping-Andersen construit en effet le « prolétariat de service » en référence au prolétariat « traditionnel » dans le cadre d’une représentation duale de la structure sociale qui oppose, d’une part, « un ordre fordiste masculin » et, d’autre part, un « ordre post-industriel féminin » (Esping-Andersen, 1993, p. 24-25). Face au « prolétariat traditionnel masculin » incarné par la figure de l’ouvrier des industries automobiles aurait émergé dans les années 1980 un nouveau visage, féminisé, du prolétariat à travers celui de l’aide-soignante ou de la femme de ménage.

Si la notion de « prolétariat de service », telle que l’a construite Esping-Andersen, peut être vue comme une tentative pour intégrer les divisions liées au genre dans l’analyse des transformations contemporaines des classes sociales, n’a-t-on pas affaire, avec cette notion, à un cas d’ « essentialisation » du genre ?

La première partie de la contribution présentera les principales positions des débats sur le « prolétariat de service » en Allemagne. La seconde partie analysera deux types de traitement du genre et décrira la manière dont ils contribuent à renforcer les stéréotypes associés à certains secteurs ou types d’emplois.

Y a-t-il un « prolétariat de service » en Allemagne ?

En Allemagne, cette question s’inscrit dans le cadre d’une réflexion déjà ancienne (elle remonte au moins aux années 1950) sur les transformations induites par la « tertiarisation » des économies industrielles européennes, notamment en termes de stratification sociale : qu’est-ce que le développement du secteur tertiaire change à la structure sociale des sociétés industrielles ?

Dans le cadre de cette discussion, les références les plus citées en Allemagne sont celles de Jean Fourastié, Le grand espoir du 20e siècle (1949, traduit en allemand en 1954) et de Daniel Bell, The Coming of Post-Industrial Society (1976, traduit en allemand en 1979). Ces références correspondent à des visions plutôt positives de l’avènement d’une « société de services » (Dienstleistungsgesellschaft) qui, dans le champ des recherches allemandes sur la stratification sociale et le travail industriel, font écho à des thèses annonçant l’avènement d’une « société nivelée de classes moyennes » (Schelsky, [1953] 1965) ou la requalification du travail ouvrier grâce au progrès technique et l’automatisation (Kern, Schuman, 1984).

Le développement du chômage de masse, des formes atypiques de travail dans les années 1990 écornent cependant ces représentations et c’est dans ce contexte que la notion de « prolétariat de service » est introduite en 1991 par Hans-Peter Blossfeld et Karl Ulrich Mayer dans un article publié dans le Kölner Zeitschrift für Soziologie. Cet article reprend les résultats de l’enquête menée dans le cadre de la comparaison européenne dirigée par Esping-Andersen (1993). De manière assez symptomatique, la parution de cet article coïncide avec la réactualisation de la notion de « société de classes » (Klassengesellschaft) dans les débats sociologiques allemands (Geissler, 1996 ; Rehberg, 2006).

Le point de départ du cadre théorique proposé par Esping-Andersen, et repris par Blossfeld et Mayer, est le schéma de stratification sociale de Robert Erikson et John Goldthorpe présenté dans The Constant Flux. A Study of Class Mobility in Industrial Societies (1992). La critique qu’Esping-Andersen adresse à ce schéma consiste à dire qu’il intègre une « classe des services » sans faire la part, à l’intérieur de celle-ci, entre les emplois qualifiés et non-qualifiés. Esping-Andersen propose ainsi d’amender ce schéma en tenant compte de la diversité des configurations institutionnelles dans lesquelles s’inscrit le secteur d’emplois des services. Il s’agit donc d’évaluer les effets des caractéristiques de l’Etat-Providence, des relations industrielles et du système de formation sur le poids relatif du secteur tertiaire par rapport au secteur industriel et sur la structure des emplois dans chacun des deux secteurs.

Le modèle proposé par Esping-Andersen est le suivant :

Classes de positions, Esping-Andersen, 1993, p. 24-25

Si ces deux structures co-existent dans la société, elles sont censées être relativement imperméables l’une par rapport à l’autre en termes de trajectoires professionnelles : un manager aurait ainsi peu de chances de devenir « chercheur », de même qu’un ouvrier de l’industrie aurait peu de chances de devenir au cours de sa vie « barman » ou « portier ».

C’est dans ce cadre qu’est soulevée la question du « prolétariat de service » : si l’on veut que la structure de classes post-industrielle soit « complète », il faut bien qu’on ait un « prolétariat post-industriel », qui se distingue du précédent par des trajectoires professionnelles et sociales propres.

Sauf que, pour l’Allemagne, l’enquête de Blossfeld et Mayer n’apporte pas vraiment de preuve empirique à ce schéma. Ils exploitent deux enquêtes statistiques : l’une réalisée par l’Institut Max-Planck de Recherches sur l’Education, qui reconstitue des histoires de vie jusqu’en 1981, et le panel socio-économique réalisé par l’Institut de Recherche Economiques (DIW), pour la période allant de 1981 à 1986. Ils identifient plusieurs cohortes générationnelles d’hommes et de femmes (nés au début des années 1930, 40 et 50 cad âgés de 57, 47 et 37 ans au moment de l’enquête) ayant des niveaux de qualifications variables (sans > diplôme du supérieur) et reconstituent leur trajectoire professionnelle.

Leurs principales conclusions sont que :

– il existe bien un secteur d’emplois de services non qualifiés en Allemagne accueillant en majorité des personnes sans qualification du fait d’un système de formation professionnelle très segmenté et efficace (de sorte que les personnes qui en sortent avec une qualification trouvent majoritairement un emploi dans les secteurs d’emplois qualifiés). Ces emplois identifient une position subalterne dans la division sociale du travail et manifestent la dualisation du marché du travail entre, d’une part, des positions stables assorties de perspectives de promotion professionnelle (CDI, formation continue, mobilité professionnelle) et, d’autre part, des positions instables, qui n’offrent aucune perspective de sortie (CDD, temps partiel, absence d’investissement des employeurs dans la formation professionnelle, immobilité professionnelle).

– Cependant, si les trajectoires professionnelles dans le secteur des services sont effectivement spécifiques à ce secteur pour les personnes qualifiées, ce n’est pas le cas pour les personnes non qualifiées : en fait, une majorité de personnes qui trouvent un emploi non qualifié dans les services occupaient déjà un emploi non qualifié dans le secteur agricole ou dans l’industrie, et ils repèrent également des mobilités en sens inverse. A l’issue de leur enquête, ils constatent donc une très forte interconnexion entre les emplois de services et les emplois manuels non qualifiés, contrairement à ce que prévoyait le schéma d’Esping-Andersen.

– Dans le secteur des services, ils n’observent pas de surreprésentation féminine (1/3 de femmes pour 2/3 d’hommes), contrairement à ce que prévoyait Esping-Andersen. Si les femmes sont surreprésentées dans les emplois de service non-qualifiés, il s’agit surtout de femmes jeunes qui interrompent leur trajectoire professionnelle avant 30 ans du fait de conditions institutionnelles qui n’encouragent pas l’entrée ou le maintien des femmes dans l’emploi une fois qu’elles ont un ou plusieurs enfants (faible prise en charge des enfants par l’Etat).

Une enquête menée à l’Institut für Sozialforschung de Hambourg en 2010, dont les résultats ont été récemment publiés (Bahl, 2014 ; Staab, 2014), actualise l’enquête de Blossfeld et Mayer en s’appuyant sur une autre recherche comparative menée au début des années 2000 à partir du panel socio-économique de la DIW et qui semble davantage attester la thèse d’Esping-Anderson pour l’Allemagne (Oesch, 2006) :

– l’évaluation de la part dans l’emploi total du « prolétariat de service » y est bien plus élevée que dans l’enquête de Blossfeld/Mayer pour les années 2000 : 11 % au lieu de 4,5 %, soit pratiquement autant d’emplois non qualifiés dans le secteur des services que dans le secteur industriel (12%) ;

– la distribution sexuée paraît bien plus marquée entre les emplois non qualifiés « fordistes » et les emplois non qualifiés « post-fordistes » : le « prolétariat ouvrier industriel » serait masculin à 80% tandis que le « prolétariat de service » serait féminin à 60%.

Ces recherches proposent toutefois d’appréhender la question du « prolétariat de service » sous un angle différent de celui de Blossfeld/Mayer : fondée sur un travail empirique qualitatif (entretiens semi-directifs et observations mais il serait exagéré de parler d’ethnographie), l’enquête consiste à reprendre l’idée marxiste de condition prolétaire et à examiner comment les rapports de domination au travail se manifestent par des modes de vies, trajectoires, perspectives et représentations de la société spécifiques. L’enquête se situe ainsi essentiellement sur le lieu de travail des différents secteurs d’emplois considérés (services de messageries, d’entretien, de soins et commerce discount).

Du sexe-ratio du « prolétariat de service » au « travail masculin tertiaire » : deux cas d’essentialisation du genre

Quel traitement est-il fait du genre dans les débats allemands sur le « prolétariat de service » ? Pour répondre à cette question, je vais me pencher sur son traitement dans deux recherches :

– celle d’Esping-Andersen, qui constitue le cadre de référence des débats ;

– celle de Philipp Staab (2014), qui a été menée dans le cadre du programme de l’HIS, parce qu’en se situant sur le lieu de travail, elle fournit une occasion (en fait manquée) pour appréhender la manière dont les catégories d’hommes et de femmes sont construites dans les rapports de production.

Le sexe, une « caractéristique auxiliaire » de la classe

Esping-Andersen explique l’émergence du « prolétariat de service » par la socialisation de tâches autrefois réalisées « gratuitement » par les femmes dans la sphère domestique (1993, p. 42-45). L’ « ordre post-fordiste » réunit en effet un ensemble de positions qui se répartissent entre trois types d’industries de services : les services aux entreprises, les services sociaux (santé, éducation, social) et les services à la consommation (femmes de ménage, restauration, loisirs, culture, commerce, etc.). Esping-Andersen considère les deux derniers comme une alternative au « self-servicing » c’est-à-dire au travail domestique des femmes (1993, p. 24).

A partir de là, il envisage trois modèles de « filtrage » institutionnel qui vont, notamment, se traduire par un « prolétariat de service » dont les propriétés, en particulier le sexe-ratio, va différer selon les pays :

1/ le modèle anglo-saxon (USA, GB) où le « prolétariat de service » prend la forme d’un secteur d’emplois privés, sous-payés, sans perspectives de mobilités, déqualifiés et très largement occupés par des femmes et plus encore par des minorités ;

2/ le modèle nord européen (Norvège, Suède) où le « prolétariat de service » prend la forme d’un secteur d’emplois publics, peu qualifiés mais correctement rémunérés, offrant des perspectives de mobilités sociales et très largement occupés par des femmes ;

3/ le modèle allemand où le « prolétariat de service » est quasiment inexistant mais remplacé par une population importante d’inactifs (femmes, retraités), du fait des importantes barrières posées à l’emploi des femmes et des personnes âgées.

Dans l’analyse qu’Esping-Andersen fait du « prolétariat de service », le sexe (mais aussi l’âge et la nationalité) est considéré comme une « caractéristique auxiliaire » de la classe (Bourdieu, 1979, p. 113), « la vérité [de celle-ci s’exprimant] dans sa distribution selon le sexe ou selon l’âge : les positions les plus basses se désignent par le fait qu’elles comportent une part importante – et croissante – d’étrangers et/ou de femmes ou de femmes étrangères » (Bourdieu, 1979, p. 113). De ce fait, le sexe (ou l’âge ou la nationalité) est vu comme une propriété pré-constituée (c’est parce que les femmes ou les immigré-e-s ont moins accès que les autres à l’éducation et/ou à l’emploi, du fait de législations qui les ont encouragé-e-s ou les encouragent encore à prendre en charge certains types de services dans le cadre du travail domestique, qu’ils/elles deviennent plus souvent « prolétaires des services » ou restent inactifs). Il ne s’agit pas non plus de voir comment les institutions qui encadrent le travail (Etat-Providence, systèmes de relations industrielles et de formation) recomposent les différentes catégories de genre ou les rapports sociaux de sexe en fonction des différents pays pris en compte dans la comparaison. Ainsi l’interprétation donnée à l’émergence du « prolétariat de service » ne décrit pas de nouveaux rapports de sexe, plus ou moins articulés à de nouveaux rapports de production, mais plutôt un mécanisme d’institutionnalisation des rapports de sexe déjà matérialisés dans le travail domestique, filtrés par les institutions et reproduits dans l’ordre « post-industriel ».

De ce point de vue, l’enquête de Philipp Staab apporte une contribution intéressante, parce qu’elle se situe sur le lieu de travail en vue de rendre compte des rapports de pouvoir et de domination qui interviennent dans la formation du « prolétariat de service » allemand. Pour autant, le genre n’y est pas beaucoup mieux traité que dans l’analyse d’Esping-Andersen.

Une seule catégorie d’hommes, trois catégories de femmes ?

« Dans le commerce, les salarié-e-s sont surtout des femmes, qui osent demander de l’aide. Dans le secteur de la logistique, ce sont tous des super forts… là encore Amazon est un bon exemple (…) : ils n’ont besoin d’aide pour rien, ce sont tous des héros depuis leur naissance (…). C’est pas spécialement dû au fait que ce sont des logisticiens, c’est plutôt une combinaison de tâches très simples et du genre : on a affaire à des hommes des cavernes (Männer am Lagerfeuer in der Hölle der Steinzeit). »

Extrait d’entretien avec un syndicaliste de Ver.di, 23 mars 2015

L’enquête de Philipp Staab sur le « prolétariat de service » allemand (2014) se situe dans quatre secteurs d’emplois de services peu qualifiés : services de messageries, d’entretien, de soins et commerce discount. L’enquête consiste à réaliser plusieurs monographies d’entreprises (au moins deux par secteurs) et d’y suivre un petit groupe de salarié-e-s rencontré-e-s en entretien et, lorsque c’est possible, accompagné-e-s sur le lieu de travail et dans quelques activités à l’extérieur. Pour chaque monographie, la description se concentre sur un-e salarié-e-s dont la situation est contrastée à partir de celle de quelques collègues. L’objectif de l’enquête est de repérer les liens entre, d’un côté, les modes d’organisation et l’expérience du travail et, de l’autre, la vie « hors-travail ».

Sur la base de cette enquête, Philipp Staab identifie 4 idéaux-types de modes de vie (Lebensführung), qui se différencient en fonction du degré de rationalisation du travail et des contraintes familiales (Staab, 2014, p. 363 sq.) :

  • l’ « intensification du travail liée à l’investissement individuel » (Intensive Investivierung) regroupe les cas où les femmes sont fortement investies à la fois dans leur travail et dans leur vie familiale, notamment parce que le faible degré de rationalisation du travail leur permet d’y trouver un sens (soins infirmiers stationnaires) ; elles tendent cependant à s’épuiser à la fois au travail et à la maison ;
  • le « don de soi menant à l’exploitation » (Exploitative Hingabe) se rencontre aussi dans des secteurs d’emploi peu rationalisés (soins infirmiers mobiles) où l’investissement dans le travail lui donne un sens mais se fait au détriment de la vie de couple ou de famille ;
  • la « gestion flexible des frontières (entre travail et famille) » (Flexibles Grenzenmanagement) correspond à des secteurs fortement rationalisés (services d’entretien) et un mode de vie où l’investissement dans le travail dépend des différences de classes au sein du couple : pour résumer, à position égale, une femme mariée à un homme occupant un emploi intermédiaire ou supérieur dans l’industrie ou les services s’investira moins dans son travail que si son mari occupe le même type de position qu’elle ;
  • enfin, l’ « organisation méthodique de la rareté » (Methodisierung von Knappheit) correspond aux services de messagerie, présentés dans l’enquête comme des secteurs d’emplois masculins, où l’organisation du travail conduit à fortement déqualifier et standardiser les tâches. Ici le seul moyen pour les salariés de redonner un sens au travail serait de valoriser et de pousser à son maximum la performance corporelle, de sorte que l’essentiel du « hors-travail » serait consacré à la régénération du corps (càd au repos et au sommeil) au détriment des loisirs, de la vie de couple ou de famille.

Les descriptions de ces 4 idéaux-types sont sexuées : on a affaire à trois situations de femmes dans des « métiers de femmes » et à une situation d’hommes dans un « métier d’hommes ». Le traitement entre les hommes et les femmes n’est donc pas symétrique : nous avons un seul profil d’hommes, dont la description réitère peu ou prou le stéréotype associé au secteur d’emploi considéré et exprimé dans l’extrait d’entretien cité plus haut, et trois profils de femmes dont la position dans les rapports de genre (à travers le fait d’être ou non en couple avec un mari d’une classe équivalente ou supérieure) vient moduler la position de classe. Si ce déséquilibre peut être vu comme le reflet des inégalités liées au genre (être une femme les désavantage parce qu’elles sont toujours ramenées/rappelées à leur rôle de mère ou d’épouse à la maison et/ou au travail tandis que ce n’est pas le cas pour les hommes), il n’est pas thématisé comme tel dans l’analyse, qui l’ignore. De plus, si l’on regarde plus en détail les comptes rendus d’enquêtes, cela peut aussi être dû à l’évacuation des femmes dans la description des secteurs d’emplois réputés « masculins » : on apprend ainsi au détour de la description d’un repas entre collègues au domicile d’un homme de l’un des services de messagerie étudié, que celui-ci est en couple avec une collègue féminine, alors qu’il n’a jamais été question d’elle lorsqu’il s’agissait de décrire les conditions de travail et les relations entre collègues au travail ! L’analyste semble ainsi ne voir les femmes ou les hommes que dans les contextes où elles/ils sont marqué-e-s comme tel-le-s et manque ainsi l’occasion de se distancier voire d’étudier les mécanismes qui interviennent dans ce marquage.

Plus généralement, les débats allemands sur le « prolétariat de service », à travers les deux types d’écueils que j’ai relevés (considérer le sexe – mais aussi l’âge, la nationalité, etc. – comme des indicateurs « auxiliaires » de la classe ou comme des catégories allant d’elles-mêmes sur le terrain), manifestent l’imperméabilité, déjà constatée par d’autres auteures pour d’autres contextes académiques que celui de l’Allemagne (McCall, 2005), entre, d’une part, les champs de recherche « canoniques » de la sociologie (ici la sociologie des classes sociales et du travail) et, d’autre part, les recherche sur le genre et l’intersectionnalité. On a en effet affaire à des travaux qui sont sérieux et rigoureux du point de vue de la sociologie du travail ou des classes sociales mais peuvent paraître aveugles aux rapports sociaux constitutifs du genre.

NB: Cet article a été présenté le 29 juin 2015 au Congrès de l’Association Française de Sociologie, lors d’une session sur l’articulation des rapports sociaux organisée conjointement par les réseaux thématiques 5 « Classes, inégalités, fragmentations » et 24 « Genre, classe, race ».

Références bibliographiques :

Bahl F., Lebensmodelle in der Dienstleistungsgesellschaft, Hamburg, Hamburger Edition, 2014.

Bourdieu P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979.

Brose H.-G., “Proletarisierung, Polarisierung oder Upgrading der Erwerbsarbeit? Über die Spätfolgen “erfolgreicher Fehldiagnosen” in der Industriesoziologie”, Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, Sonderheft 38, 1998.

Esping-Andersen G. (dir.), Changing Classes: Stratification and Mobility in Post-industrial Societies, London/Newbury Park/New Dehly, Sage, 1993.

Geißler R., „Kein Abschied von Klasse und Schicht. Ideologische Gefahren der deutschen Sozialstrukturanalyse“, Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, Heft 48, 1996, p. 319-338.

Kern H., Schumann M., Das Ende der Arbeitsteilung. Rationalisierung in der industriellen Produktion, München, Beck, 1984.

McCall L., „ The Complexity of Intersectionality“, Signs, vol. 30, N° 3, 2005, p. 1771-1800.

Oesch D., Redrawing the Class Map. Stratification and Institutions in Britain, Germany, Sweden and Switzerland, Basingstoke, Palgrave, 2006.

Rehberg K.-S., „Die unsichtbare Klassengesellschaft : Eröffnungsvortrag zum 32. Kongress der Deutschen Gesellschaft für Soziologie“, in Rehberg K.-S., Deutsche Gesellschaft für Soziologie (Hg.), Soziale Ungleichheit, kulturelle Unterschiede : Verhandlungen des 32. Kongresses der Deutschen Gesellschaft für Soziologie in München, Frankfurt/Main, Campus Verlag, 2006, p. 19-38.

Schelsky H., Auf der Suche nach Wirklichkeit. Gesammelte Aufsätze, Düsseldorf/Köln, Diederichs, [1953] 1965.

Schwartz O., “Peut-on parler des classes populaires?”, La vie des idées, 13 septembre 2011, URL: http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html

Staab P., Macht und Herrschaft in der Servicewelt, Hamburg, Hamburger Edition, 2014.