Retour sur Le monde privé des ouvriers

La journée organisée le 9 décembre 2016 par les équipes du Lab’Top et du CSU (UMR CNRS CRESPPA) à partir du livre d’Olivier  Schwartz, Le monde privé des ouvriers, était très riche, comme en témoignent la diversité des axes de lecture qui y ont été développés. J’en retiendrai 3 pour en tirer quelques pistes pour notre projet.

1/ La question des rapports sociaux de sexe ou de genre à l’intérieur des familles ouvrières

Cette question a inauguré la journée avec une intervention de D. Memmi sur les désirs féminins et masculins, réunis dans une expression à double sens : « leurs désirs [ceux des femmes] font désordre [dans la famille] » ou « leurs désirs [ceux des hommes] sont des ordres [pour leurs femmes] ».  La réponse d’O. Schwartz à l’analyse croisée de ces désirs est revenue sur la place des femmes dans la famille ouvrière et sur la relation entre domination masculine et domination sociale.

O. Schwartz a d’abord rappelé combien la place des femmes était ambivalente dans les familles populaires des années 1980. D’un côté, elles avaient un réel pouvoir de gouvernement de la famille (elles centralisaient les ressources, exprimaient aussi des demandes aux hommes de ce point de vue : « tu ne m’as pas donné toute ta paie et je le sais »), mais cette position de pouvoir, que l’on ne retrouve pas dans les familles bourgeoises, était l’effet de la condition sociale fondamentalement dominée des familles ouvrières : c’est parce que les salaires étaient bas et que les conditions de vie étaient dures que les femmes occupaient cette position dans la famille. D’un autre côté, ce pouvoir statutaire fort n’existait ou ne pouvait être exercé qu’à la condition qu’elles se plient à l’ordre des sexes et à leur fonction première qui est celle d’être les gardiennes du foyer, alors que les ressources sont très faibles pour pouvoir y parvenir, cad aussi alors qu’elles ont toutes les chances d’échouer dans cette fonction. Elles pouvaient donc avoir des désirs, à la condition qu’ils restent inscrits dans l’ordre des sexes et dans le cadre de leur fonction. En cela, elles ne disposaient pas, contrairement aux hommes, de lieux propres, dans lesquels elles pouvaient exprimer des désirs pour elles-mêmes.

Plus tard dans la journée, Olivier Masclet a proposé une actualisation de ce thème. Les monographies de familles réalisées dans le cadre de l’ANR CLASPOP tendent à établir que les femmes des classes populaires aujourd’hui, contrairement à leurs aînées, ont davantage accès à un « monde propre », compris comme sphère d’autonomie et d’auto-appartenance des individus par rapport à la famille.  3 facteurs contribueraient au développement du temps pour soi chez les femmes des classes populaires aujourd’hui :

  • le moment dans lequel elles se trouvent dans le cycle de vie (le « monde propre » commence vers 40 ans, lorsque les enfants sont grands et quittent le foyer par exemple) ;
  • les ressources relationnelles : le « monde propre » se développe grâce aux relations nouées avec les collègues, les amies, les filles ; autrement dit les « mondes propres » dessinent aussi des entre-soi féminins ;
  • le type de travail salarié : plus les conditions de travail isolent les individus, plus le temps pour soi devient nécessaire comme forme de reconquête de soi à l’extérieur du travail et hors du travail.

D’après O. Masclet, on assisterait ainsi aujourd’hui à une revendication plus forte, de la part des femmes des classes populaires, à l’autonomie, d’un « droit à la vie privée », d’un élargissement des horizons en-dehors ou au-delà du mariage et des enfants, cad une diversification des destins féminins possibles à l’intérieur des classes populaires, qui passe notamment, chez les jeunes filles, par une critique du destin de leurs mères (et de la domination exercée par leur père sur leur mère et sur elles-mêmes) et par une aspiration à une qualification professionnelle qui leur assure un meilleur accès à l’emploi.

Masclet interprète également le développement de ce « monde privé » féminin dans les familles populaires contemporaines comme une réponse à la position subalterne de ces femmes au travail. En cela, il transpose l’analyse qu’O. Schwartz faisait de la fonction du « privé » chez les hommes dans les familles ouvrières de son enquête à la situation des femmes des classes populaires d’aujourd’hui : le développement d’une sphère d’autonomie individuelle se manifesterait par des activités comme la mode, le maquillage, les émissions de beauté, qu’il interprète comme l’expression d’un désir de se valoriser autrement que par le travail. Il semble ainsi que les « intérêts narcissiques », soit « la faculté, que donne l’écart à la nécessité, de pouvoir se protéger, se satisfaire au-delà des besoins, et de vouloir quelque chose pour soi » (MPO, p. 512) se soient imposés dans les univers populaires féminins.

Enfin, le développement de cette sphère « privée » féminine à l’intérieur des familles populaires contemporaines aspirerait les femmes vers l’extérieur tandis que les hommes seraient symétriquement attirés vers l’intérieur (par le chômage et la précarité) et des modes de valorisation passant par l’épaississement des identités professionnelles.

Reste que l’ambivalence de ces transformations, déjà repérée à la fin du livre d’O. Schwartz, ne semble pas tranchée : signifient-elles une fragilisation des individus et du groupe, dans la mesure où la famille constitue une sphère d’accumulation et de résistance (à la précarité ou à la paupérisation), ou au contraire le renforcement des logiques d’émancipation culturelle et morale au sein des classes populaires contemporaines ?

Du point de vue de notre projet, cet axe d’analyse (l’examen des rapports sociaux de sexe à l’intérieur des couples que nous allons rencontrer) s’avère intéressant à plusieurs points de vue :

  • une différenciation ho/fe des entre-soi : des entre-soi typiquement féminins vs. des entre-soi typiquement masculins qui ne s’inscrivent pas dans les mêmes lieux et ne se développent pas à partir des mêmes pratiques ;
  • une inversion des investissements du domicile avec des femmes qui investissent l’extérieur tandis que les hommes l’intérieur ;
  • en 1980, les logiques d’émancipation culturelle et morale repérées par Schwartz étaient analysées par ce dernier comme le produit de 3 processus concomitants : la déprolétarisation (augmentation des salaires, du confort de vie, sécurité de l’emploi etc.), la démocratisation culturelle (avec l’augmentation de la durée de scolarisation des enfants des classes populaires), l’expansion politique du monde ouvrier. Quels seraient aujourd’hui les facteurs de la reconfiguration de la place des femmes et des hommes au sein des familles, sachant que l’on a plutôt affaire à des tendances opposées (précarisation, renforcement des inégalités scolaires, « crise » des organisations assurant traditionnellement la représentation des intérêts des classes populaires) ? Ou faut-il considérer que l’émergence d’un « monde propre » pour les femmes est un facteur de fragilisation des familles et de la condition ouvrière ? que la dimension « émancipatrice » dont pouvait être porteur le privé pour les femmes (et pour certains hommes) n’a été qu’une parenthèse des années 1980 ?
  • quels sont les effets de cette reconfiguration ? A-t-on affaire à une fragilisation des familles ? une insécurisation des parcours de vie ? est-ce le père qui remplace la mère comme garante de la famille et de sa cohésion ?

2/ L’insécurité et sa gestion quotidienne

Ce deuxième axe de lecture a été amené par C. Lomba qui a repéré trois dimensions de l’insécurité caractéristique des familles ouvrières :

  • insécurité de l’emploi liée aux fermetures d’usines, aux restructurations ; de ce point de vue, il convient, selon C. Lomba, de ne pas seulement analyser la stabilité à l’aune de l’ancienneté dans une entreprise mais aussi de l’instabilité subjective qui peut naître du voisinage de licenciements ou de restructurations ;
  • insécurité économique liée aux revenus irréguliers, à la part variable des revenus (primes, heures supplémentaires) mais aussi aux dispositifs de « flexibilité » utilisés par les entreprises pour moduler la masse salariale (chômage partiel, variation des horaires) ;
  • menaces sur la détérioration des corps que font peser les risques d’accidents, de maladies, les dépressions.

A ces trois dimensions de l’insécurité, qui fondent la condition prolétaire (à côté de la position dominée ou subalterne dans la division sociale du travail) répondent un ensemble de conduites abordées dans deux autres interventions. La première, de N. Duvoux, insiste sur le rôle des objets à la fois comme « victoires » sur le manque et comme investissements imaginaires, tandis que la seconde, d’A. Perrin-Heredia revient sur les trois stratégies économiques identifiées par O. Schwartz pour gérer le manque de ressources : les conduites ascétiques, tactiques et de fuite. Plus que des jugements normatifs, cette typologie a plutôt, selon A. Perrin-Heredia, une vocation descriptive. Elle repose en effet sur l’idée que les conduites économiques et leurs différenciations reflètent les différenciation internes au groupe ouvrier.

S’agissant des objets, O. Schwartz précise que son livre traite plus de la dépossession que de l’insécurité, les objets et la jubilation à les posséder à mesure que les familles ouvrières accèdent à la consommation permettant de créer de la « bonne vie », cad des moments heureux, et un sentiment d’abondance. Il semble ainsi qu’une constante des modes de vie populaires se joue dans l’investissement des biens de consommation et dans la jubilation à posséder des objets, même s’ils ont peu de valeur, pour recréer un sentiment d’abondance.

Du point de vue de notre projet, cet axe d’analyse s’avère intéressant à plusieurs points de vue :

  • la relation entre stabilité subjective (ou ressentie), stabilité objective et contexte économique à l’échelle de la zone logistique et de la région : comment la situation dans les entrepôts voisins et sur le marché du travail local est-elle perçue par les salariés et quel impact cette perception a-t-elle sur leur propre sentiment de « stabilité » ou d’insécurité ?
  • la relation entre stabilité subjective (ou insécurité subjective), conduites économiques et pratiques de consommation : quelles conduites de prévision et de calcul les salariés mettent-ils ou non en place ? quelles relations s’instaurent entre pratiques d’évaluation des salaires, prévisions d’achat et conduites d’achat effectives ?
  • la relation entre les conduites économiques et la stratification sociale : dans quelle mesure les conduites économiques peuvent-elles renforcer une stabilité initiale ou au contraire la fragiliser ; et inversement renforcer une insécurité initiale ou améliorer une situation initialement fragile ?
  • relations entre conduites économiques et trajectoires sociales ou socialisations familiales : les conduites économiques sont « apprises » ou « acquises » au cours du parcours social ; la fragilité ou la stabilité de certains ménages est donc aussi à resituer dans les histoires et parcours de vie.

3/ La question de la politisation ou du rapport à la politique des ouvriers

Cette question a été abordée surtout en filigrane au cours de la journée et de manière plus explicite lors de la table-ronde, notamment par A. Collovald.

Cette dernière revient sur le thème de la radicalisation (à droite ou à l’extrême droite) du vote populaire, thème développé par les médias et les sondeurs mais dont les travaux en sociologie politique (P. Lehingue) ont montré qu’il était faux. Ce qui est surtout constaté, c’est la progression de l’abstention et de l’indifférence au politique parmi les classes populaires. Un facteur de la progression de l’indifférence au politique serait l’affaiblissement des identités sociales du groupe : aujourd’hui seulement 15 % des ouvriers se disent encore « ouvriers » ; or les recherches sur la politisation du groupe ouvrier dans les années 1960 (de G. Michelat notamment) montrent que la politisation de ce groupe était fortement indexée à l’identification sociale à la classe.

La dépolitisation relative reflèterait la dislocation de l’identité de classe qui figure aussi au centre du « monde privé » des ouvriers, O. Schwartz ayant en quelque sorte été le premier à saisir les signes de cette dislocation dans un contexte, rappelé plus tôt dans la journée par Nicolas Hatzfeld, où l’essentiel des travaux se focalise encore sur le mouvement ouvrier. Il y aurait ainsi deux moments qui différencient les recherches sur le groupe ouvrier menées dans les années 1990 :

  • le début des années 1990, moment de publication du livre d’O. Schwartz et, juste avant lui, de celui de F. Weber, encore marqué par une forte visibilité du mouvement ouvrier chez les intellectuels, ce qui conduit les deux auteurs à déporter le regard ailleurs, du côté de la vie privée ou des espaces intermédiaires entre famille et usine ;
  • la fin des années 1990, moment de publication du livre de S. Beaud et M. Pialoux, qui s’inscrit plutôt dans le contexte de l’invisibilisation du groupe auprès des intellectuels et, plus largement, dans la société.

Du point de vue de notre projet, ce dernier axe d’analyse signale l’existence d’une relation entre le travail intellectuel de mise en visibilité de certains aspects du groupe, sa conscience propre et son rapport à la politique ; dans notre cas, l’attention portée aux entre-soi et aux relations ou correspondances qui peuvent exister malgré ou au-delà de leur dissémination peut certainement se lire comme une tentative pour réconcilier deux vues qui s’affrontent (incarnées me semble-t-il par F. Weber d’un côté et O. Schwartz de l’autre) entre, d’un côté, une volonté de repolitiser le groupe en montrant qu’il existe dans ses formes collectives, même si celles-ci ne correspondent plus à l’état mythifié du mouvement ouvrier du 19e siècle, et, de l’autre, le fait de constater les tendances à la « privatisation » du groupe.

Il semble d’ailleurs que l’idée même de cette « privatisation » soit au cœur de la controverse. Elle fait notamment référence aux « libertés » que les 4 personnages de la fin du livre d’O. Schwartz prennent avec les normes familiales et la « morale » de leur groupe et qu’il analyse comme des indices d’une pluralisation des styles de vie populaires. Pour aller dans le sens de F. Weber, le fait de qualifier « de lutte continuée pour l’émancipation » ces « libertés » me semble problématique dans la mesure où cette « pluralisation des normes » reste confinée à l’espace « privé » : elle reste non seulement cachée mais également peu revendiquée.

L’Heure bleue revient sur L’établi de R. Linhart

Cette série d’émissions me paraît intéressante à deux points de vue – au moins :

  • pour les lectures du texte de R. Linhart par Sami Frey, qui restituent les descriptions à la fois engagées et incarnées de l’univers de l’usine (bruits, odeurs, couleurs, douleurs du corps, rythme de la chaîne, souvent personnifiée) et de son « système d’oppression » (L. Kaplan);
  • pour la restitution du contexte politique et intellectuel dans lequel s’inscrit ce texte, « l’établissement » visant « un travail d’organisation dans la classe ouvrière », non une « expérience de réforme individuelle » (R. Linhart).

Première émission de la série, lundi 26 décembre 2016. Robert Linhart revient sur son parcours avant son « établissement »:

Deuxième émission de la série, mardi 27 décembre 2016. Leslie Kaplan revient sur sa propre expérience dans une usine de Lyon (restituée dans L’excès-l’usine, 1987):

Troisième émission de la série, mercredi 28 décembre 2016.  Michelle Zancharini-Fournel parle des relations entre étudiants et ouvriers lors des grèves de « mai-juin 1968 » et des années suivantes :

Quatrième émission de la série, jeudi 29 décembre 2016. Virginie Linhart restitue le point de vue des enfants de/sur l’extrême gauche « révolutionnaire » :

Cinquième et dernière émission de la série, vendredi 30 décembre. Robert Linhart parle (un peu) de son livre et des suites de son « établissement » :