Les régimes d’emploi précaire dans le secteur logistique

Enquête dans cinq entrepôts en France et en Allemagne

Travail et emploi, n° 162, 2020, p. 23-45

Clément Barbier, Cécile Cuny et David Gaborieau

À partir des données d’une enquête collective franco-allemande réalisée dans les agglomérations de Paris, Francfort-sur-le-Main, Orléans et Kassel, l’objet de cet article est d’analyser le rôle joué par l’intérim comme outil de production et de mobilisation de la main-d’œuvre ouvrière des entrepôts logistiques. Il rend compte des régimes d’emploi précaire à l’œuvre dans les entrepôts logistiques où sont effectuées des tâches répétitives et éprouvantes, faiblement rémunérées, offrant des perspectives d’évolution professionnelle extrêmement limitées. S’ils s’organisent en France et en Allemagne autour des différences de salaires et de statuts entre travailleur·ses temporaires et permanent·es, ces régimes d’emploi précaire se structurent avant tout localement en fonction de stratégies élaborées par les entreprises pour capter la main-d’œuvre, d’une part, et de tactiques ouvrières spécifiques déployées pour aménager cette précarité, d’autre part. La construction de hiérarchies matérielles et symboliques entre ouvrier∙ères et entre entrepôts d’un même territoire organise dès lors les captivités intérimaires, que celles-ci se jouent à l’intérieur d’une même entreprise dans l’attente d’une embauche en contrat à durée indéterminée (CDI) ou à l’échelle de la zone logistique où les circulations de la main-d’œuvre précaire participent également à la (re)production de cette dernière.

Precarious Employment Regimes in the Logistics Sector. Survey in Five Warehouses in France and Germany

This article is based on a collective Franco-German research comparing five logistics ware­houses in Paris, Frankfurt-am-Main, Orléans and Kassel. The purpose of this paper is to analyse the role of temporary employment as a tool of production and mobilisation of the workforce of logistics warehouses. This paper presents the regimes of precarious employment in this professional sector that is characterised by repetitive and demanding tasks, low salaries and very limited perspectives of career advancement. Even if they are depending on the differences of salaries and status between temporary and permanent workers in France and Germany, these regimes of precarious employment are mainly structured on a local level by the firms’ strategies that aim at attracting and retaining the workforce they need on the one hand, and by the tactics that the workers develop in order to manage this precariousness on the other hand. In this way, the construction of material and symbolic hierarchies between workers as well as between warehouses within the same territory organises the socio-professional captivities of temporary workers whether it be within the same single enterprise where they might be striving for a permanent contract or at the level of the whole logistics zone, where the circulations of the percarious workforce from one warehouse to another also contribute to the (re)production of the latter.

Lire l’article sur CAIRN

Image à la une : Observatoire photographique des zones logistiques, Francfort/Main, 2016, Cécile Cuny / WORKLOG.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.