Archives de catégorie : Espaces logistiques

“On n’est Pas des Robots” 13.02.2021

Cette exposition restitue le travail photographique que Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet et moi-même avons réalisé dans le cadre du projet de recherche WORKLOG / Les mondes ouvriers de la logistique.

Elle est présentée du 11 juin au 24 juillet 2021 dans le cadre du Festival Fictions documentaires organisé par le Graph-CMI à l’espace Hamilton, 30 rue Armagnac, Carcassonne.

Inauguration le 11 juin à 18h.

Rencontre critique avec Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet et Michel Poivert, historien de la photographie, le 12 juin à 11h.

L’ouvrage On n’est pas des robots : ouvrières et ouvriers de la logistique, Grâne, Créaphis, 2020, qui accompagne l’exposition, est en vente en librairie. Il est lauréat du prix du livre de photographie francophone HIP 2020, catégorie “société”.

A lire également :

Cécile Cuny, Hortense Soichet et Nathalie Mohadjer, “La méthode des itinéraires photographiques : une ethnographie visuelle des mondes ouvriers de la logistique”, EchoGéo, n°59, 2022. Consulter l’article sur le site de la revue.

******Installation extérieure******

Une version extérieure de l’exposition a été produite par le pôle photographique Diaphane (Clermont-de-l’Oise). Elle est présentée dans le cadre du Festival Usimages du 17 avril au 20 juin 2021, sur la place derrière la Mairie de Maysel (60660).

Dossier de presse

****** Revue de presse ******

Télérama/Sortir dans le Grand Paris

Libération (article présentant l’exposition)

Libération (sélection de photographies de Nathalie Mohadjer)

France Fine Art (interview-podcast avec Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet)

paris-art.com

Causette (interview avec Cécile Cuny)

Causette (interview avec Hortense Soichet)

L’Humanité

Demain la ville

La Dépêche (article sur l’exposition au centre d’art de Lectoure)

La Dépêche (portrait de Cécile Cuny)

La Dépêche (article sur l’exposition à l’espace Hamilton de Carcassonne)

L’indépendant (article sur l’exposition à l’espace Hamilton de Carcassonne)

****** Archives ******

L’exposition a été présentée du 13 février au 9 mai 2021 au Centre d’art et de photographie de Lectoure – 8 cours Gambetta – 32700 Lectoure

Dossier de presse

Dossier pédagogique

Visite virtuelle commentée par les photographes et la médiatrice

L’exposition a été présentée du 19 février au 20 septembre 2020 (interruption et prolongation suite au confinement) à la Maison de la photographie Robert Doisneau – 1 rue de la Division du Général Leclerc – 94250 Gentilly

Dossier de presse

Dossier pédagogique

Invitation au vernissage

Une visite en ligne est proposée ici et des photographies supplémentaires sont montrées ici.

************

Exposition co-produite par la Maison de la photographie Robert Doisneau, le Laboratoire d’urbanisme de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et le Graph-CMI de Carcassonne. Avec le soutien de l’Agence nationale de la Recherche, de l’I-Site Future et du Labex Futurs Urbains.

“On n’est pas des robots” 05.03.2020

Que sait-on des mondes ouvriers de la logistique ? Que sait-on des gestes multiples qui font passer chaque jour des marchandises de main en main, de machine en machine ?

Ce n’est souvent qu’à l’occasion d’une grève qui vide les rayonnages d’un magasin ou, aujourd’hui, des mesures de confinement face à un virus, que nous réalisons l’importance de cette activité. La logistique consiste à organiser l’entreposage et le transport des marchandises de leur lieu de fabrication à leur lieu de consommation. Elle est présente derrière chaque étagère de supermarché ou de magasin, elle est impliquée à chaque clic validant le panier d’un achat en ligne, elle se matérialise dans les millions de colis livrés chaque jour aux portes des particuliers et des entreprises.

Si l’on peine à imaginer un tel monde qui se déploie dans les coulisses de notre vie quotidienne, c’est en partie à cause des promoteurs de cette activité (développeurs d’immobilier logistique, grandes entreprises de services et de conseil en management de la « supply chain », organismes de formation, clubs d’entreprises) qui, à travers l’image du « flux tendu » et les promesses de sa digitalisation, l’ont présentée comme un écoulement continu et autorégulé de marchandises.

Aujourd’hui, en France comme en Allemagne, les colis sont toujours soulevés à la force des bras, par des personnes qui préparent les commandes, appelées manutentionnaires, magasiniers ou pickers. Leur activité se déroule dans des entrepôts situés à proximité des grands axes autoroutiers. L’ensemble de ces emplois représente 13 % des emplois ouvriers en France, 17 % en Allemagne, soit respectivement 700 000 et 1,7 millions de personnes.

Quatre terrains de recherche en France et en Allemagne, à Marne-la-Vallée, Orléans, Dietzenbach (près de Francfort-sur-le-Main) et Kassel, ont été explorés par une équipe composée de sociologues et de photographes. Cette enquête originale a nourri deux régimes d’écriture : celui, scientifique, de l’analyse d’un milieu technique, économique et social, et celui, sensible, de la création esthétique.

Ce livre, retraçant des rencontres et des parcours, accorde une part importante et une grande attention à la parole et aux lieux de vie des ouvrières et des ouvriers qui affirment volontiers : « on n’est pas des robots ! » Rendre visible une partie de l’univers social de ces travailleuses et travailleurs, tel est le but de cet ouvrage.

direction : Cécile Cuny

photographies : Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet

enquête, entretiens et textes : Clément Barbier, Cécile Cuny, David Gaborieau, Nathalie Mohadjer, Nicolas Raimbault, Gwendal Simon, Hortense Soichet

Le livre en images

Feuilleter des extraits du livre en ligne

Document de présentation du livre

Des comptes rendus critiques et interviews à lire dans les revues scientifiques Flux, La Nouvelle Revue du Travail, les médias phototrend, La Marseillaise ou sur Le blog de Fabien Ribery.

Le livre a reçu le prix du livre photo francophone HIP 2020, catégorie “Société”!

L’ouvrage a été présenté

du 9 au 30 octobre 2021
du 17 au 19 septembre 2021
du 6 au 30 septembre 2021
le 21 mai 2021
Séminaire du Centre Pierre Naville • Université d’Evry, Evry
le 28 janvier 2021
Festival “Les Sciences Des Livres” 2021 (Val de Marne) • Médiathèque Boris Vian, Chevilly-Larue

The production of logistics places in France and Germany

Work, Organisation, Labor and Globalisation, vol. 43, n°1, 2019, p. 30-46 (avec Clément Barbier et Nicolas Raimbault)

Logistics is now a key concept for the analysis of the transformations of global capitalism and a central perspective for understanding the changing power relations within global production networks. Furthermore, the development of logistics relies on the construction of thousands of warehouses and terminals that are essential nodes in the circulation of goods. The production of these logistics zones entails negotiations and coalitions between local authorities and different local and global firms, and structures the everyday life of logistics workers. The aim of this article, therefore, is to analyse the production of logistics areas at metropolitan and local scale, through a comparison between Paris (France), and Frankfurt-am-Main and Kassel (Germany). Based on an interdisciplinary approach combining urban sociology, urban geography and political science, it reveals that the production of logistics places is primarily the outcome of local negotiations and legitimisation processes in which the logistics real estate investments of globalised financial markets are embedded.

La logistique est aujourd’hui un concept clef pour l’analyse des transformations du capitalisme globalisé et une perspective centrale pour comprendre les rapports de pouvoir dans le cadre des réseaux globaux de production. Le développement de la logistique repose sur la construction de centaines d’entrepôts et de terminaux qui constituent des nœuds essentiels à la circulation des biens manufacturés. La production des zones logistiques regroupant ces entrepôts implique des négociations et coalitions entre les autorités locales et différentes firmes locales et globales, qui structurent également la vie quotidienne des salariés du secteur. L’objectif de cet article est d’analyser la production des espaces logistiques aux échelles locales et métropolitaines à partir d’une comparaison entre Paris (France), Francfort-sur-le-Main et Kassel (Allemagne). Il mobilise une approche interdisciplinaire associant la sociologie urbaine, la géographie urbaine et les sciences politiques. Il montre que la production des espaces logistiques est d’abord le résultat de processus de décision et de légitimation localisés impliquant les agents globaux des marchés immobiliers logistiques financiarisés.

Consulter l’article sur le site de la revue

Dialogue autour d’un observatoire photographique

Depuis 2016, notre équipe explore les mondes ouvriers de la logistique en région parisienne, à Orléans, dans la région métropolitaine de Francfort et à Kassel. La première phase du travail photographique réalisé dans ce contexte porte sur l’observation des lieux dédiés à cette activité économique. Il s’agit de zones situées en périphérie de grandes agglomérations et concentrant un nombre important d’entrepôts appartenant à des entreprises de la grande distribution, de l’industrie ou à des prestataires spécialisés. Les images réalisées sur les zones logistiques ont été produites en interaction avec d’autres volets du projet, en particulier une campagne d’entretiens auprès des acteurs du développement économique et de l’urbanisme – développeurs immobiliers, services municipaux, métropolitains ou régionaux, directions locales ou régionales des entreprises. Au sein du projet, chercheuses, chercheurs et photographes passent d’un site à l’autre, changeant parfois de positions (photographe à Francfort, intervieweuse Paris, etc.). Les observatoires, comme les entretiens réalisés en parallèle, ont d’abord eu une visée exploratoire avant de devenir des objets à part entière de la recherche, proposant une écriture de la matérialité des zones logistiques explorées. Ce qui suit prend la forme d’un texte à deux voix, entre Cécile Cuny, sociologue et photographe, et Hortense Soichet, photographe ; il porte sur la manière d’approcher notre sujet d’enquête par le biais de l’image.

Lire la suite de l’article, publié dans le n° 100 de la revue Flux.

 

Les espaces du flux en image 15.09.2017

Journée d’étude organisée dans le cadre de la Labex Week 2017 par le Groupe transversal Penser l’urbain par l’image, en collaboration avec le Groupe transversal Métiers de la ville.

Des jours et des nuits sur l’aire, Isabelle Ingold, 2016

15 septembre 2017

Cité Descartes –Bâtiment Bienvenüe

14-20 Bld Newton, Champs sur Marne

Amphi Bienvenüe

9h – 18h

Pôles d’échanges de personnes et de biens, zone d’interconnexion et de transit, lieux emblématiques de l’urbain contemporain mais aussi lieux de travail pour un ensemble de groupes sociaux “prolétarisés” (agents de sécurité, d’entretien, ouvriers des entrepôts, chauffeurs de poids lourds, caissières, personnels de la restauration rapide, de l’hôtellerie etc.), les espaces de flux font l’objet d’une pluralité d’approches au sein du Labex Futurs Urbains.

Notre collectif Penser l’urbain par l’image les aborde par des recherches d’ethnographie visuelle conduites en collaboration avec des artistes impliqués dans des approches critiques de ces questions.

Photographes, cinéastes et chercheurs s’installent dans ces lieux du mouvement, en déplient l’épaisseur, en font émerger ce qui demeure généralement in-vu, en proposent une description analytique, une lecture critique. De quelles manières leurs réalisations documentaires peuvent-elles nourrir les travaux de chercheur-e-s mobilisant ou non ces méthodes d’enquête ou ce type de sources iconographiques ?

La journée sera l’occasion de confronter les regards par des échanges articulés à des projections d’œuvres récentes en présence de leurs auteur-e-s.

Programme

 9h-9h30 : Accueil et présentation de la journée

 9h30-13h : Recherches-créations en cours

 Animation : Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie (sous réserve) et David Gaborieau, Lab’Urba, Université Paris-Est

 9h30-11h : Documenter les zones d’activités logistiques depuis leurs marges : les enseignements de quatre observatoires photographiques

Habituellement perçues par le grand public depuis les infrastructures et les véhicules de transport (autoroute, automobiles), les zones logistiques sont souvent décriées pour leurs nuisances (sonores, paysagères, environnementales). Assez paradoxalement, elles sont aussi dépeintes comme des zones « vides », peu animées, l’essentiel de leur activité se déroulant à l’intérieur des entrepôts et échappant à la vue du public. Fondés sur l’expérience sensorielle et l’épreuve corporelle de la marche, quatre observatoires photographiques ont été mis en place dans des zones logistiques de Marne-la-Vallée, Orléans, Francfort/Main et Kassel. Ils révèlent les contraintes symboliques et matérielles de ces espaces mais aussi leurs potentialités critiques, créatives et émancipatrices.

Avec Cécile Cuny (LATTS/Lab’Urba, CNRS/UPEM) et Hortense Soichet (Lab’Urba), ANR WORKLOG

11H15-13h : « Le fluvial en devenir », résidence de création et ateliers vidéo de l’association Travail et Culture (TEC-CRIAC, Roubaix)

 Avec  Lorena Zilleruelo

  • « Le temps d’un fleuve », travail en cours de Lorena Zilleruelo

 Cette vidéo est un portait d’observation du geste dans le travail du transport fluvial. A travers le voyage d’un grain d’orge depuis l’usine de Prouvy ou de Saint-Saulve et jusqu’à son arrivée au Port d’Anvers transformé en malt, nous allons naviguer sur le fleuve canalisé de l’Escaut à bord du bateau Centurion.

  •  « De l’art d’être grutier », court-métrage de Nicolas Cacheux et Hervé Lesnes, montage L. Zilleruelo, réalisé dans le cadre d’un atelier avec Lorena Zilleruelo

Ce film donne à voir le travail quotidien de deux grutiers de la plate-forme multimodale Contargo à Bruay-sur-l’Escaut dans le Nord de la France. L’un est au sol et manie des engins du type Stacker, l’autre est sur un pont roulant. Tous deux déchargent et chargent des containers sur des bateaux et camions au rythme des flux et reflux de l’Escaut. Ils tentent de montrer “‘ce que vous ne pouvez pas voir” tout en posant leur propre regard sur leur métier.

 14h-16h : Projection – débat

Des jours et des nuits sur l’aire, documentaire, 2016

 Animation : Anne Jarrigeon (Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris Est)

Avec la réalisatrice Isabelle Ingold

Programmé et primé dans de nombreux festivals internationaux, ce documentaire fait le portrait d’une des aires de repos les plus importantes d’Europe. Ce coin de Picardie draine chaque jour des milliers de gens de passage. L’endroit est à priori totalement déshumanisé : une ville hors sol, sans racine et sans histoire. Pourtant, des vies s’y croisent et se recroisent, des hommes et des femmes tissent des liens. Les dizaines de salariés venus des campagnes environnantes peuvent en témoigner : ce lieu a une âme. Des migrants embarqués clandestinement dans un camion turc, des travailleurs qui expriment la disparité des salaires et des conditions de travail en Europe, témoignent librement. Tous rendent tangibles les frontières entre pays.

https://isabelleingold.com/

16h30 – 18h : « Dialogue international »

Réunion ouverte du Groupe transversal Penser l’urbain par l’image en vue de la programmation 2018-2019. Les chercheur-e-s intéressé-e-s sont les bienvenu-e-s

Publication de la restitution de l’observatoire – mode d’emploi

Le travail de repérage photographique sous la forme d’un observatoire des deux zones françaises est visible ici.

Après la page d’introduction, vous avez une page vous permettant de choisir quelle zone vous souhaitez  explorer. Pour chacune, j’ai utilisé un capture d’écran de Google Map permettant de localiser les zones. J’y ai placé les liens vers les voies couvertes matérialisées par les tracés rouges. Sur celle d’Orléans, on voit que la vue cartographique est bien antérieure à la période de prise de vue, témoignant ainsi de l’aménagement récent d’une nouvelle partie de la zone (celle où se trouve Amazon).
Pour chaque zone, j’ai donc parcouru et photographié les principaux axes routiers donnant accès à la zone et la traversant. Sur chaque voie, j’ai effectué un nombre de vues dont la quantité dépend de la longueur du parcours, de l’intérêt éprouvé à la découverte d’un élément architectural, d’un point de vue ou d’une intersection intéressante. Chaque arrêt est matérialisé par un quadriptyque représentant les quatre points cardinaux. Afin de rendre compte du déplacement, l’itinéraire correspondant à la voie parcouru prend la forme d’une séquence où ces points se suivent. Pour Orléans, chaque itinéraire part de l’extérieur pour rejoindre l’intérieur de la zone. Pour Bussy, je n’ai pas suivi cette même logique car la zone n’est pas agencé de la même manière. Chaque point est légendé avec ses coordonnées GPS ce qui permet pour ceux qui le souhaitent d’aller voir en vision aérienne l’endroit exact où la photographie a été prise. En plus de ces tracés photographiques, des croix signalent sur la carte des endroits où j’ai photographié des personnes croisées sur place. Je vais poursuivre ce travail de portrait durant tout le temps où je travaillerai sur le terrain.
A partir de maintenant, je vais poursuivre le travail en réalisant des photographies animées de certains points de vue qui méritent un enregistrement animé et sonore. Cécile et Nathalie vont faire de même en Allemagne.
En parcourant ces itinéraires, si certains points de vue vous interrogent, n’hésitez pas à relever les coordonnées GPS pour que je puisse aller les enregistrer en vidéo.

Retour sur l’expérience sensible des zones logistiques

Retour sur l’expérience sensible des zones logistiques

  1. L’observatoire comme expérience de recherche
  2. Retour sur les produits visuels des observatoires

L’observatoire comme expérience de recherche

Les premières observations ont été réalisées à Bussy Saint Georges, sur une zone logistique que je ne connaissais pas. Si l’espace m’est inconnu, il ne me surprend pas. L’avenue de l’Europe sur laquelle nous nous engageons en premier se présente sous la forme d’une succession d’entrepôts semblables, sur des parcelles équivalentes en taille et format. Je suis davantage surpris par la proximité des habitats. La zone logistique est située sur un territoire où la densité urbanistique est beaucoup plus forte que ce que j’ai connu auparavant. Je découvre aussi l’étrangeté consistant à se déplacer à pied sur une zone logistique. J’ai l’habitude de les traverser en voiture et je trouve parfois le temps long lorsqu’il s’agit de parcourir les grandes lignes droites qui traversent toute la zone (av. de l’Europe à Bussy et av. Paxton à Ferrières).

Alors qu’Hortense se positionne de façon à percevoir des ensembles (l’entrepôt, l’aménagement autour, la signalisation, etc.), je suis plutôt attiré par les détails. Lors des premières explorations, je cherche systématiquement à recueillir des informations sur le type d’activité et donc le type d’emploi pour chaque entrepôt. J’observe les boites aux lettres, les entrées et sorties de véhicules, scrute les quais restés ouverts qui permettent d’entrevoir l’intérieur du bâtiment. Je note les horaires de bus, le type de camion que nous croisons. Je prends aussi quelques photos à l’aide d’un appareil numérique de moyenne gamme. Celles-ci soulignent un attachement à des détails qui peuvent faire sens du point de vue du sujet d’enquête mais qui sont peu réflexifs du point de vue visuel. Par exemple, je photographie des graffitis, l’un faisant référence à l’occupation de la zone par les gens du voyage (« gitans enculés »), l’autre renvoyant à une signalétique du transport-logistique. Certaines prises de vues illustrent également les difficultés que nous rencontrons lorsque la pluie s’ajoute aux obstacles qui font de la zone logistique un lieu peu confortable à pied.

Avenue de l’Europe à Bussy

Station-Service Total en bordure de l’A4

A Marne-la-Vallée comme à Orléans Je suis relativement frustré par le peu de personnes que nous croisons. J’ai eu l’habitude de côtoyer sur le terrain les ouvriers des entrepôts et je me sens ici dans une position d’extériorité, finalement moins confortable que l’observation participante. Je recherche les contacts dès que possible, bien que l’environnement n’y soit pas approprié. Les échanges sont brefs mais parfois intéressants, comme lorsque nous rencontrons un salarié de la BNF qui nous explique qu’il lui faut trois heures de trajet aller-retour pour rejoindre son travail depuis la Seine Saint-Denis où il réside. Progressivement, Hortense et moi nous déplacerons séparément, chacun étant amené à privilégier ce type de rencontre. Nous nous retrouvons régulièrement pour faire le point et/ou faire un trajet en voiture. Si c’est bien à pied que la zone logistique se donne à voir le mieux, le fait d’être véhiculé nous permet d’accélérer certains trajets et d’économiser des forces.

Le peu de personnes croisés en marchant nous amène à rechercher des lieux de sociabilité. Je suis tout particulièrement dans cette position à partir du moment où la cartographie est complétée. Nous en identifions plusieurs sur chaque zone, tous n’étant pas susceptibles de rassembler des ouvriers de la logistique de distribution. La généralisation du travail en continu (7 heures entrecoupées d’une demi-heure de pause) rend difficile toute sortie de l’entrepôt sur le temps de travail. Cela reste néanmoins possible (pour prendre un sandwich par exemple), ou bien pour se restaurer avant ou après le travail. A Bussy/Ferrières, le MacDonald qui marque l’entrée de la zone est régulièrement fréquenté pas les ouvriers, notamment ceux dont les horaires sont décalés par rapport aux horaires de repas (sortie des Galeries Lafayette à 15H par exemple). Sur le parc Gustave Eiffel, un food-truck a été installé sur initiative de la mairie, au fond du Boulevard de Strasbourg (côté A4). Il rassemble les ouvriers des entrepôts à proximité, mais peu au-delà. Au centre de la zone, un self-service réuni principalement les salariés des entreprises sous contrat avec le restaurant. On peut y croiser les salariées de la BNF, des cadres, parfois des chauffeurs, mais à priori peu d’ouvriers de la logistique de distribution. A Ferrières, des groupes de salariés se retrouvent pour piqueniquer à proximité du château, sur les pelouses qui bordent les bassins d’eau. On y croise plutôt des femmes et quelques hommes d’âge moyen, peu de jeunes. A Orléans, l’absence d’espaces verts aménagés conduits certains ouvriers à déjeuner sur les pelouses des parkings lorsque le temps le permet, comme autour de l’entrepôt Deret. Un food-truck est également installé au croisement de la rue des Châtaigniers et de la rue des Sablons, géré par une ancienne chauffeuse bien implantée dans les sociabilités de la zone. De l’autre côté de la rue, un restaurant « routier » accueille les professionnels du transport ainsi que des personnels du petit encadrement et plus étrangement des groupes de retraités en excursion. Plus à distance des lieux de travail, le restaurant « La Suite » s’adresse plus clairement aux cadres.

Au relais du Pôle 45

Dans des espaces très standardisés, nous sommes ainsi attirés vers les interstices qui proposent une sortie du cadre imposé. De même que les lieux de sociabilité, les espaces à l’abandon, les espaces en construction ou les espaces frontières attirent le sociologue comme la photographe. A Bussy-Saint-Georges, une route et un pont abandonné (dans la prolongation de l’Allée des Bois de Bussy)  suscitent notre curiosité. Ils mènent à des espaces agricoles, lesquels sont cependant destinés à des aménagements logistiques futurs (cf. entretien EPA Marne). De l’autre côté de la zone (à sa frontière nord), les espaces logistiques sont en bordure immédiate de terrains agricoles, lesquels longent un écoquartier en construction. A Ferrières, une autre voie à l’abandon est bordée par une allée d’arbre, dans la continuité de l’entrée du château, mais traversant une partie de la zone. A Orléans, l’extrémité de la rue du Champ Rouge, au nord de la zone, est également de cet ordre. Elle donne à voir de grands espaces boisés dont on peut penser qu’ils seront prochainement absorbés par des constructions logistiques. Au sud de la zone Pôle 45, les aménagements en prévision de futures constructions sont déjà en place, ce qui génère un espace très artificialisé mais vide d’activité, situé dans un intermédiaire temporel. A Marne-la-Vallée comme à Orléans, la présence de campement de gens de voyage situés à immédiate proximité des entrepôts retient également l’attention.

Dans des espaces très normés, très neutralisés, la recherche des éléments susceptibles de perturber un ordre urbanistique très logistique est une façon de compenser le peu de repères offert à un regard extérieur. La déambulation peine à trouver du sens si elle se contente de cibler les entrepôts, les uns se succédant aux autres sans grande particularité. Autre ressenti d’ensemble : de mon point de vue, ce n’est pas une esthétique visuelle qui fait sens en premier lieu mais les informations délivrés par un regard minutieux. C’est seulement en passant du temps à observer les résultats de l’observatoire que je peux parvenir à produire une sensation visuelle de la zone logistique.

Frontière nord du Parc Gustave Eiffel à Bussy

 

Campement en bordure de l’entrepôt XPO à Orléans

Retour sur les produits visuels des observatoires

Les prises de vue réalisées par Cécile renvoient à des points soulevés ci-avant. Le regard semble parfois attiré par ce qui permet de sortir du cadre urbain strictement logistique : les frontières avec des espaces agricoles ou en friches, ou avec des lieux d’habitats, les lieux traversés ou occupés par des personnes, les espaces à l’abandon (voie ferrée).  Les mini-fictions peuvent également rappeler une volonté de rechercher, dans des lieux très normalisés, ce qui relève de la présence ou du passage (véhicules et humains). Le fait de chercher à représenter les camions me semblent aussi intéressant (cf. linéaire Cécile du 14/04/2016). J’ai moi-même tendance à vouloir les faire figurer sur les images lorsque j’en produis. Outre un intérêt esthétique évident, ils compensent ce qui n’est pas visible depuis la rue (la manipulation des flux) par une activité proche (leur transport). Les poids-lourds sont de toute façon omniprésents (chez Hortense également) et il est plus difficile de les éviter que de les inclure dans l’image.

Les premiers transects réalisés par Hortense, exposés de façon groupée sur le carnet hypothèse (publication du 6 052016), offrent une vue d’ensemble de ce que produit la zone esthétiquement. Observés ainsi, comme un ensemble d’images de taille réduite, ils font ressortir un schéma visuel type : de large pan de gris (le bitume des routes) accolés à des bandes de verdure. La fonction première de ces lieux étant bien la circulation, le bitume renvoie à une fonction utilitaire alors que l’espace vert est avant tout un décorum. C’est peut-être cette confrontation entre l’utile et l’artificiel qui est à l’origine de la gêne que l’on peut ressentir à la vue d’une nature ainsi reconstituée. Dans un ordre d’idée proche, les obstacles disséminés en vue d’éviter les occupations informelles (pierres, blocs de béton ou coccinelles) dérange autant par leur fonction d’encadrement de l’espace que par l’effet visuel qu’ils produisent. La gêne ressentie est encore plus forte lorsque ces obstacles sont maladroitement travestis sous l’aspect d’un décorum enfantin aux couleurs criardes (les coccinelles rouges).

La nouveauté des aménagements urbains est également frappante sur plusieurs points des zones (notamment à Ferrières, à partir du milieu de l’Avenue Paxton). Ils donnent le sentiment d’un territoire modelable à souhait, en perpétuelle transformation. La confrontation avec des espaces à l’abandon est flagrante et souligne un usage utilitariste du territoire. Cet aspect semble important pour comprendre les difficultés à s’approprier ce type d’espace, que ce soit pour les salariés de la logistique ou pour ceux qui les enquête. Le faible ancrage dans le temps laisse peu de place à des appropriations d’espace, peu de traces pour leur compréhension. Les traces du passés sont surtout visibles lorsque les lieux sont délaissés, ce qui donne le sentiment que ce qui n’est pas nouveau est sur le point d’être abandonné.

Bien sûr, les prise de vue figurant des entrepôts donne à voir les évolutions de l’urbanisme logistique. En Allemagne comme en France, les matériaux évoluent (généralisation de la tôle ondulée) ainsi que les couleurs (abandon du blanc/gris, ou moins uniforme chez REWE). De même que l’aménagement des espaces environnants (espaces verts notamment) ces évolutions soulignent une volonté d’intégration dans le paysage qui va au-delà de la simple fonction du bâtiment. Elles sont aussi à relier au fait qu’un marché de l’immobilier logistique s’est structuré et que celui-ci propose des formes urbanistiques plus modernes et peut-être plus acceptables pour les collectivités locales et les riverains. En recoupant les dates de construction des bâtiments, il serait possible de produire une analyse de l’évolution esthétique des entrepôts. A priori, cette option me semble moins pertinente en elle-même que les analyses portant plus largement sur les modes d’aménagement du territoire logistique. Sans être systématisée, elle pourrait tout de même apporter un plus à la compréhension de ce qui est produit visuellement par cette urbanisme (les formes, les couleurs, les bordures végétales).

Les images produites donnent parfois l’impression d’une vue depuis la voiture. De nombreux signaux visuels renvoient à la conduite automobile (panneaux et marquages routiers, longues allées, arrêts de bus, végétation de bord de route, etc.). Cela reste une vue à hauteur d’homme, mais la façon dont l’espace est constitué rappelle immédiatement la circulation routière. La manière dont les images ont été produites ne relève pourtant pas d’une méthodologie type google car et elle suppose bien une subjectivité du photographe circulant à pied. Mais il faudrait pouvoir définir où se situe cette subjectivité dans les prises de vue, tout en soulignant le fait que ces espaces normalisés ne facilitent peut-être pas la mise en œuvre d’un regard sensible. Ou peut-être faudrait-il expliquer en quoi la sensibilité du photographe est-elle susceptible d’être brouillée du point de vue du spectateur par les multiples signaux normalisés présent dans l’espace (ceux qui renvoient à la circulation routière notamment). Dans des travaux comme ceux d’Ed Ruscha, je n’ai pas l’impression de ressentir cette sensation d’une image produite depuis un véhicule, ce qui souligne peut-être une particularité produite par l’espace étudié (la zone) et non liée au protocole en lui-même. Dans les linéaires produits par Cécile, il me semble que cette sensation se renforce peu à peu lorsque l’on part d’une zone d’habitat pour atteindre la zone logistique, ce qui appuie l’idée d’un effet propre à la zone.

Dans les modes de présentation de l’observatoire, le fait de sélectionner les prises de vue est bien une démarche subjective, mais ne faudrait-il pas souligner où se situe la subjectivité des prises de vue en elle-même ? Puisqu’à priori l’angle de vue est déterminé par le protocole, il faudrait peut-être expliciter ce qui justifie l’arrêt à un endroit plutôt qu’à un autre. Il faudrait également justifier le caractère plus méthodique de certaines photos, comme lorsque qu’un buisson est pris en plan rapproché pour compléter une vision à 180° ou 360°. Le choix s’exerce-t-il sur un angle de vue en particulier, les autres angles étant destinés à la complétude du protocole ? Autrement dit, certaines prises de vue sont-elles produites avant tout par la contrainte du protocole ? Si c’est le cas, il serait intéressant de développer une réflexion sur la contrainte consistant à montrer ce qui entoure, à photographier ce que l’on n’a pas choisi. Je serai également curieux de connaître le ressenti du photographe à cet instant, celui-ci étant pris dans une contrainte protocolaire et en même temps poussé à l’observation de ce qu’il n’a pas vu au premier abord (ce qui est derrière, ou sur les côtés).

 Enfin, la présence de l’humain sur les prises de vue pose question. Il apparait plus souvent sur les images produites par Cécile que chez Hortense, probablement du fait de la méthode choisie. Chez Cécile, la conduite de l’observatoire semble donner lieu à une recherche de la présence humaine alors que chez Hortense le portrait est privilégié pour atteindre ce but. Dans un cas, c’est l’attente qui génère l’apparition, alors que dans l’autre c’est la prise au vol (l’arrêt du vélo par exemple) qui permet la figuration. Dans les deux cas, sauf exceptions, l’humain ne semble pas apparaître de lui-même dans le protocole de l’observatoire. Doit-on chercher à représenter l’humain, forcer son apparition sur les images pour lui redonner place ? Si oui, que ce soit dans l’observatoire ou par le portrait, ce choix soulève une dimension politique, et non seulement subjective, du travail photographique. Il me semble que cette prise de position peut être affirmée en lien direct avec le projet d’ensemble.

De cette prise de position découle d’autres questionnements : qui représente-t-on lorsqu’on recherche la présence humaine sur la zone mais hors de l’entrepôt ? Est-il nécessaire de documenter l’identité des individus représenté et si oui, jusqu’à quel point ? Plus que les mini-fictions ou l’observatoire par l’attente, la méthode du portrait conduit à documenter les identités. Mais elle nécessite une certaine disponibilité du sujet, ce qui conduit à privilégier certains types d’acteurs : les chauffeurs routiers, les agents d’entretien, les jeunes salariés utilisant le bus, les candidats à un entretien d’embauche, le personnel de nettoyage circulant à pied ou en bus. De façon peut-être significative, le portrait d’un ouvrier des Galeries Lafayette a quant à lui nécessité l’arrêt du mode de circulation. Sur ce mode de représentation, il est certain que les hommes et femmes présents sur les photographies ne sont pas tout à fait représentatifs de la population usagère de la zone. La grande majorité des usagers traversent la zone en voiture et l’occupent quotidiennement entre les cloisons des entrepôts et non dans l’espace public. Néanmoins, les images ainsi produites pourront être confrontées à celles qui seront réalisées lors des itinéraires, notamment au regard des trajets réalisés en voiture pour se rendre au travail. Il serait par exemple intéressant de comparer les différents modes de présentation de soi selon qu’on se rende au travail par des moyens privés (la voiture et son habitacle clos) ou bien en empruntant des moyens et des espaces publics (le bus et ses arrêts). Plus largement, la question des modes d’occupation de l’espace logistique pourrait être approfondie à partir d’un matériau photographique associée à une analyse sociologique des parcours.

 Comme le soulignent les questionnements soulevés lors de la présentation à Evry, il me semble que le matériau photographique nécessite une interprétation pour prendre tout son sens. Les images produites ne sont pas toutes immédiatement parlantes et doivent être accompagnées d’une mise en récit et/ou d’une mise en perspective qui accompagne le spectateur, qui le guide dans son parcours au sein d’un univers logistique qui offre peu de prises sensibles. Cette nécessité de donner du sens à des images et à un univers qui sont pourtant structurant dans notre quotidien (en tant que consommateur, citoyen, voire habitant d’un territoire) renvoie à une problématique plus générale de l’enquête sur l’invisibilisation de la logistique dans les sociétés contemporaines et sur sa neutralisation politique. Un des postulats de départ consistait à percevoir la mise en image à hauteur d’homme comme un révélateur, mais il semble a posteriori que ce choix méthodologique n’est peut-être pas suffisant en lui-même. De ce point de vue, la difficulté à donner du sens n’est pas une limite des observatoires mais une démonstration de leur capacité à rejoindre les questionnements sociologiques posés. Une démarche approfondie de réflexivité sur le produit photographique pourrait ainsi conduire à la mise en évidence de nouvelles clefs de lecture pour l’ensemble du projet.

 

L’Heure bleue revient sur L’établi de R. Linhart

Cette série d’émissions me paraît intéressante à deux points de vue – au moins :

  • pour les lectures du texte de R. Linhart par Sami Frey, qui restituent les descriptions à la fois engagées et incarnées de l’univers de l’usine (bruits, odeurs, couleurs, douleurs du corps, rythme de la chaîne, souvent personnifiée) et de son “système d’oppression” (L. Kaplan);
  • pour la restitution du contexte politique et intellectuel dans lequel s’inscrit ce texte, “l’établissement” visant “un travail d’organisation dans la classe ouvrière”, non une “expérience de réforme individuelle” (R. Linhart).

Première émission de la série, lundi 26 décembre 2016. Robert Linhart revient sur son parcours avant son “établissement”:

Deuxième émission de la série, mardi 27 décembre 2016. Leslie Kaplan revient sur sa propre expérience dans une usine de Lyon (restituée dans L’excès-l’usine, 1987):

Troisième émission de la série, mercredi 28 décembre 2016.  Michelle Zancharini-Fournel parle des relations entre étudiants et ouvriers lors des grèves de “mai-juin 1968” et des années suivantes :

Quatrième émission de la série, jeudi 29 décembre 2016. Virginie Linhart restitue le point de vue des enfants de/sur l’extrême gauche “révolutionnaire” :

Cinquième et dernière émission de la série, vendredi 30 décembre. Robert Linhart parle (un peu) de son livre et des suites de son “établissement” :


Séance du 6 mai 2016 – Orléans

La séance du 6 mai a été consacrée à la réalisation de transects. Le premier part de la rue du Champ Rouge (son extrémité n’est pas encore répertoriée dans Google Maps) en faisant un détour par la rue des Vergers pour aller jusqu’au rond-point principal de la zone (au niveau de l’usine Shisheido). orelanstransect01

Puis, le deuxième part du rond point de la route d’Ormes au niveau de l’entrepôt Chronopost et continue jusqu’à l’Avenue Charles de Gaulle avec une petite partie pas couverte à cause de l’impossibilité d’y marcher (route interdite aux piétons).orleanstransect02png

orleanstransect02bis

Durant toute la marche, je n’ai croisé que peu de piétons et j’ai fait seulement un portrait d’un jeune qui était sous l’abri bus au niveau d’Amazon. Il attendait l’heure de son entretien d’embauche chez Amazon en tant que cadre. Il venait de Reims et a souligné les difficultés d’accès du site en transport en commun (un bus toutes les 30 mn en journée).

DSC_2482

Et voici un extrait de mes transects. Ca fonctionne par 4 images. J’en ai fait beaucoup, je vous mets une toute petite sélection. Je pense les placer sur une carte pour restituer cette première année de travail car ça me semble être le meilleur moyen de les lire.

Compte rendu Prise de vue 3

Pour cette troisième séance sur le terrain, j’entame le “vrai” travail de prise de vue, mieux défini grâce à la réunion que nous avons eu avec Cécile et David.
Je me concentre donc sur des transects durant lesquels je peux m’arrêter à tout moment pour faire une photographie le long du parcours. Je me suis débarrassée du trépied, ce qui m’a permis de marcher toute la journée. Rapidement, je me rends compte qu’il est pertinent de doubler cela par 3 autres photographies en me décalant à chaque fois de 90° à peu près.
Mon premier transect part de la Promenade Philippe de Levrainville (au niveau du chemin de fer), rejoint la vraie route au niveau du Boulevard de Bruxelles et s’arrête au croisement avec l’Avenue de l’Europe qui me fait rentrer dans la zone logistique.
Mon deuxième couvre toute l’avenue de l’Europe (il manque la partie entre le rond point du Mac Do et le rond point de l’autoroute que j’essaierai de faire la prochaine fois)
Le troisième transect part du haut de l’Avenue Gutenberg (croisement avec la D406, prend le virage au niveau de l’entrepôt des Galeries Lafayette et se termine au bout de l’avenue, au niveau de l’entrât de France Routage.
Le 4ème couvre tout le boulevard de la Haye, de la fin de l’avenue Gutenberg jusqu’au chemin de fer.
Le 5ème suit l’allée des bois de Bussy, du château en suivant une voie pas mise en service mais qui devrait l’être dans les années à venir pour arriver jusqu’au champ situé en face, après l’ancien échangeur d’autoroute aujourd’hui plus en service.
DSC_2179DSC_2180DSC_2181DSC_2182
Pour cette partie nord de la zone, il me manque à couvrir le Boulevard de Strasbourg et j’aimerais bien faire aussi la D35 qui part du centre ville pour aller jusqu’au rond point du Mac Do.

Pour l’ensemble de ces images, j’ai travaillé au 35 mm, ce qui me semble le plus adapté pour ce que je veux montrer. Je me rends compte que je ne me suis pas laissée l’opportunité d’être de biais par rapport à la route, ce qui n’est pas très pertinent. Je me suis également interrogée sur le changement de réglage entre chaque point de vue. J’ai privilégié la lisibilité de l’image.
J’ai interrompu ce travail lorsque j’ai croisé des passants sur la zone. J’ai pu réalisé 4 images et photographier 5 personnes différentes :
– un employé (sûrement de l’entrepôt des Galeries) pris sur son vélo.
– deux chauffeurs poids lourds allemands en pause. Ils attendaient le lendemain pour aller récupérer dans le nord du sucre avant de rentrer en Allemagne.
– Une femme de ménage travaillant de temps en temps chez BNP Paribas.
– Un employé (sûrement de BNP, mais qui n’a pas voulu donner le nom de la société) attendant le bus.
J’ai eu 2 refus et 3 personnes croisées à qui je n’ai pas demandé (pas le temps, personnes aux téléphones, pas senti, etc.)
En revanche, peu de photos de détails car ça me semble compliqué de gérer 3 approches en même temps. J’essaie d’avancer au plus vite sur les transects pour me garder au moins un jour de glanage pour faire ces photos et poursuivre les portraits.

DSC_2001

DSC_2115DSC_2240DSC_2250
Pour l’ensemble du travail, j’aimerais bien restituer (du moins ce qui aura été fait d’ici fin juin) sur une carte pour permettre au lecteur de passer de la vision cartographique (pas toujours mise à jour) à l’immersion zénithale dans l’espace. J’espère pouvoir y bosser entre juillet et septembre.

Linéaires

Carte de localisation des linéaires et des points de vue
Carte de localisation des linéaires

Linéaire 1, côté pair

Linéaire 1, côté impair

Linéaire 2, côté pair

Linéaire 2, côté impair

Linéaire 3, côté pair

Linéaire 3, côté impair

Points de vue (possibles reconductions)

Carte de localisation des points de vue
Carte de localisation des points de vue

Waldstrasse, dans le prolongement de la Siemensstrasse, 15 avril 2016, 10h08
Waldstrasse, dans le prolongement de la Siemensstrasse, 15 avril 2016, 10h08

Siemensstrasse, 21 avril 2016, 7h54
Siemensstrasse, 21 avril 2016, 7h54

Mini-fictions

Carte de localisation des prises de vue

Mini-fiction 1, Waldstrasse 23

Mini-fiction 2, Waldstrasse 23A

Mini-fiction 3, Waldstrasse 29

Mini-fiction 4, Waldstrasse 35

Mini-fiction 5, Siemensstrasse 9

Mini-fiction 6, Siemensstrasse 15

Mini-fiction 7, Assar-Gabrielsson-Strasse 11-13

Mini-fiction 8, Waldstrasse 34

Mini-fiction 9, Waldstrasse

Premières impressions – avril 2016

le 10 avril 2016

Repérage en ligne de la zone logistique de Bussy Saint-Georges et environs

Beaucoup de chemins pour des piétons et/ou des vélos alors qu’on en voit peu sur les images.
chemins semblant sauvage : voir s’ils sont empruntées ou pas
– des arrêts de bus à des endroits déserts.
Du mobilier urbain à des endroits un peu incongrus (est-ce le cas sur le terrain?)
Des aménagements paysagers là où certaines zones sont bien laissées à l’abandon.
– le stationnement sauvage de camions : ne gênent-ils pas la circulation?
Des vis à vis étonnant entre entrepôts et champs et peut-être entrepôts et habitations
des voies (sûrement privées) menant à plusieurs entrepôts d’entreprises différentes : sont-elles empruntables ou pas?
En terme de visibilité, côté sud, on voit bien les entrepôts qui sont séparés de la route seulement par un grillage. Côté nord, on a souvent des haies et des arbres ainsi qu’une distance importante entre la route et les bâtiments.
– la présence de pas mal de caravanes côté nord.

Le 18 avril 2016

Retour sur la première exploration :
– Importance des aménagements paysagers en bord de route et des voies piétonnes et cyclables alors que peu de personnes empruntent ces chemins
Espaces très vastes, n’est pas penser pire être traversé à pied (google SV comme moyen plus adapté d’aborder ces espaces?)
– Les entrepôts sont durs à photographier. On ne voit que les entrées et les bâtiments de côté sans qu’on puisse davantage les voir.

idées :
Faire des transects mais où se positionner? Sur la route? Sur le trottoir? Sur les espaces verts? Quelle focale?
Faire poser chaque personne croisée en demandant d’où il vient et où il va.
S’intéresser à la proximité avec l’environnement (habitation ou espaces naturels)

Premières prises de vue

Voici quelques essais de mise en forme des photographies réalisées hier, dans la zone logistique de Dietzenbach. Pour l’instant, deux séries se dégagent.

Série 1: Mini-fictions

Carte de localisation des points de vue

Carte de localisation des points de vue

Waldpark Dietzenbach, 15 avril 2016 (1)

Novatec, 15 avril 2016 (2)

Entrepôt Galéria, 15 avril 2016 (3)

Entrepôt REWE, 15 avril 2016 (4)

NB : la reconduction de chaque point de vue au fil des saisons et des années permettra d’enrichir les fictions. J’espère juste arriver à retrouver le cadrage exact (ce n’est pas gagné: j’ai bien noté l’emplacement et la focale mais pour la hauteur du pied, c’est moins évident…). Et vous remarquerez peut-être que je me suis découvert une passion pour les camions mercedes (ils sont magnifiques et le niveau de détail que permet le D800 les rend encore plus beaux!)

Série 2: Linéaires

Carte de localisation des linéaires et des points de vue

Carte de localisation des linéaires et des points de vue

Linéaire 1, Côté des numéros impairs

Linéaire 1, Côté des numéros pairs (forêt)

NB: je ne suis pas sûre que la reconduction de chaque linéaire d’année en année s’impose. En revanche, un linéaire pourrait mêler plusieurs années (car c’est tellement long que je ne suis pas sûre d’arriver à finir d’ici la fin du mois de mai…). Par ailleurs, les linéaires 1 et 3 peuvent être continués vers la zone pavillonnaire, pour faire écho aux transects d’Hortense. Enfin, une dernière question que je me pose : les deux dernières photos du linéaire (Waldstrasse 23 A et 23) sont prises au 28 mm avec l’axe central du trépied sorti au maximum (le point de vue est assez proche de celui de la “google car”, à un peu plus de 2m du sol). Je me demande s’il ne faudrait pas tout faire au 50 mm (premières photos Waldstrasse 35 et 37) et sans sortir l’axe central (soit une pdv à environ 1m60 du sol), de manière à ce que l’ensemble soit plus homogène.

Pour finir, quelques points de vue que j’aime bien mais pour lesquels je n’ai pas encore vraiment trouvé de forme…

Carte de localisation des points de vue

Carte de localisation des points de vue

Waldstrasse, dans le prolongement de la Siemensstrasse, 15 avril 2016, 10h08

Waldstrasse, dans le prolongement de la Siemensstrasse, 15 avril 2016, 10h08