Archives de catégorie : Approche sensible

« On n’est pas des robots » 05.03.2020

Que sait-on des mondes ouvriers de la logistique ? Que sait-on des gestes multiples qui font passer chaque jour des marchandises de main en main, de machine en machine ?

Ce n’est souvent qu’à l’occasion d’une grève qui vide les rayonnages d’un magasin ou, aujourd’hui, des mesures de confinement face à un virus, que nous réalisons l’importance de cette activité. La logistique consiste à organiser l’entreposage et le transport des marchandises de leur lieu de fabrication à leur lieu de consommation. Elle est présente derrière chaque étagère de supermarché ou de magasin, elle est impliquée à chaque clic validant le panier d’un achat en ligne, elle se matérialise dans les millions de colis livrés chaque jour aux portes des particuliers et des entreprises.

Si l’on peine à imaginer un tel monde qui se déploie dans les coulisses de notre vie quotidienne, c’est en partie à cause des promoteurs de cette activité (développeurs d’immobilier logistique, grandes entreprises de services et de conseil en management de la « supply chain », organismes de formation, clubs d’entreprises) qui, à travers l’image du « flux tendu » et les promesses de sa digitalisation, l’ont présentée comme un écoulement continu et autorégulé de marchandises.

Aujourd’hui, en France comme en Allemagne, les colis sont toujours soulevés à la force des bras, par des personnes qui préparent les commandes, appelées manutentionnaires, magasiniers ou pickers. Leur activité se déroule dans des entrepôts situés à proximité des grands axes autoroutiers. L’ensemble de ces emplois représente 13 % des emplois ouvriers en France, 17 % en Allemagne, soit respectivement 700 000 et 1,7 millions de personnes.

Quatre terrains de recherche en France et en Allemagne, à Marne-la-Vallée, Orléans, Dietzenbach (près de Francfort-sur-le-Main) et Kassel, ont été explorés par une équipe composée de sociologues et de photographes. Cette enquête originale a nourri deux régimes d’écriture : celui, scientifique, de l’analyse d’un milieu technique, économique et social, et celui, sensible, de la création esthétique.

Ce livre, retraçant des rencontres et des parcours, accorde une part importante et une grande attention à la parole et aux lieux de vie des ouvrières et des ouvriers qui affirment volontiers : « on n’est pas des robots ! » Rendre visible une partie de l’univers social de ces travailleuses et travailleurs, tel est le but de cet ouvrage.

direction : Cécile Cuny

photographies : Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet

enquête, entretiens et textes : Clément Barbier, Cécile Cuny, David Gaborieau, Nathalie Mohadjer, Nicolas Raimbault, Gwendal Simon, Hortense Soichet

Le livre en images

Feuilleter des extraits du livre en ligne

Document de présentation du livre

Des comptes rendus à lire ou écouter sur Le blog de Fabien Ribery

Le livre a reçu le prix du livre photo francophone HIP 2020, catégorie « Société »!

L’ouvrage sera présenté dans le cadre du Festival « Les Sciences Des Livres » 2021 (Val de Marne) :

le jeudi 28 janvier à 18h à la médiathèque Boris Vian, 25 Avenue du Président Franklin Roosevelt, 94550 Chevilly-Larue.

« On n’est Pas des Robots » 20.02.2020

Cette exposition restitue le travail photographique que Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet ont réalisé dans le cadre du projet de recherche WORKLOG / Les mondes ouvriers de la logistique.

Elle sera présentée du 13 février au 9 mai 2021

au Centre d’art et de photographie de Lectoure

8 cours Gambetta, 32700 Lectoure

Dossier de presse

L’ouvrage On n’est pas des robots : ouvrières et ouvriers de la logistique, Grâne, Créaphis, 2020, qui accompagne l’exposition, est en vente en librairie. Il est lauréat du prix du livre de photographie francophone HIP 2020, catégorie « société ».

******Autres dates******

Festival Usimages du 17 avril au 20 juin 2021, organisé par le pôle photographique Diaphane (Clermont-de-l’Oise), sous la forme d’un parcours photographique dans l’Agglomération Creil Sud Oise.

Festival Fictions documentaires organisé par le Graph-CMI à l’espace Hamilton, 30 rue Armagnac, Carcassonne. L’exposition sera présentée en juin 2021.

****** Revue de presse ******

Télérama/Sortir dans le Grand Paris

Libération (article présentant l’exposition)

Libération (sélection de photographies de Nathalie Mohadjer)

France Fine Art (interview-podcast avec Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet)

paris-art.com

Causette (interview avec Cécile Cuny)

Causette (interview avec Hortense Soichet)

L’Humanité

Demain la ville

****** Archives ******

L’exposition a été présentée du 19 février au 20 septembre 2020 (interruption et prolongation suite au confinement) à la Maison de la photographie Robert Doisneau – 1 rue de la Division du Général Leclerc – 94250 Gentilly

Dossier de presse

Dossier pédagogique

Invitation au vernissage

Une visite en ligne est proposée ici et des photographies supplémentaires sont montrées ici.

************

Exposition co-produite par la Maison de la photographie Doisneau, le laboratoire d’urbanisme de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et le Graph-CMI de Carcassonne. Avec le soutien de l’Agence nationale de la Recherche, de l’I-Site Future et du Labex Futurs Urbains.

Dialogue autour d’un observatoire photographique

Depuis 2016, notre équipe explore les mondes ouvriers de la logistique en région parisienne, à Orléans, dans la région métropolitaine de Francfort et à Kassel. La première phase du travail photographique réalisé dans ce contexte porte sur l’observation des lieux dédiés à cette activité économique. Il s’agit de zones situées en périphérie de grandes agglomérations et concentrant un nombre important d’entrepôts appartenant à des entreprises de la grande distribution, de l’industrie ou à des prestataires spécialisés. Les images réalisées sur les zones logistiques ont été produites en interaction avec d’autres volets du projet, en particulier une campagne d’entretiens auprès des acteurs du développement économique et de l’urbanisme – développeurs immobiliers, services municipaux, métropolitains ou régionaux, directions locales ou régionales des entreprises. Au sein du projet, chercheuses, chercheurs et photographes passent d’un site à l’autre, changeant parfois de positions (photographe à Francfort, intervieweuse Paris, etc.). Les observatoires, comme les entretiens réalisés en parallèle, ont d’abord eu une visée exploratoire avant de devenir des objets à part entière de la recherche, proposant une écriture de la matérialité des zones logistiques explorées. Ce qui suit prend la forme d’un texte à deux voix, entre Cécile Cuny, sociologue et photographe, et Hortense Soichet, photographe ; il porte sur la manière d’approcher notre sujet d’enquête par le biais de l’image.

Lire la suite de l’article, publié dans le n° 100 de la revue Flux.

 

Les espaces du flux en image 15.09.2017

Journée d’étude organisée dans le cadre de la Labex Week 2017 par le Groupe transversal Penser l’urbain par l’image, en collaboration avec le Groupe transversal Métiers de la ville.

Des jours et des nuits sur l’aire, Isabelle Ingold, 2016

15 septembre 2017

Cité Descartes –Bâtiment Bienvenüe

14-20 Bld Newton, Champs sur Marne

Amphi Bienvenüe

9h – 18h

Pôles d’échanges de personnes et de biens, zone d’interconnexion et de transit, lieux emblématiques de l’urbain contemporain mais aussi lieux de travail pour un ensemble de groupes sociaux « prolétarisés » (agents de sécurité, d’entretien, ouvriers des entrepôts, chauffeurs de poids lourds, caissières, personnels de la restauration rapide, de l’hôtellerie etc.), les espaces de flux font l’objet d’une pluralité d’approches au sein du Labex Futurs Urbains.

Notre collectif Penser l’urbain par l’image les aborde par des recherches d’ethnographie visuelle conduites en collaboration avec des artistes impliqués dans des approches critiques de ces questions.

Photographes, cinéastes et chercheurs s’installent dans ces lieux du mouvement, en déplient l’épaisseur, en font émerger ce qui demeure généralement in-vu, en proposent une description analytique, une lecture critique. De quelles manières leurs réalisations documentaires peuvent-elles nourrir les travaux de chercheur-e-s mobilisant ou non ces méthodes d’enquête ou ce type de sources iconographiques ?

La journée sera l’occasion de confronter les regards par des échanges articulés à des projections d’œuvres récentes en présence de leurs auteur-e-s.

Programme

 9h-9h30 : Accueil et présentation de la journée

 9h30-13h : Recherches-créations en cours

 Animation : Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie (sous réserve) et David Gaborieau, Lab’Urba, Université Paris-Est

 9h30-11h : Documenter les zones d’activités logistiques depuis leurs marges : les enseignements de quatre observatoires photographiques

Habituellement perçues par le grand public depuis les infrastructures et les véhicules de transport (autoroute, automobiles), les zones logistiques sont souvent décriées pour leurs nuisances (sonores, paysagères, environnementales). Assez paradoxalement, elles sont aussi dépeintes comme des zones « vides », peu animées, l’essentiel de leur activité se déroulant à l’intérieur des entrepôts et échappant à la vue du public. Fondés sur l’expérience sensorielle et l’épreuve corporelle de la marche, quatre observatoires photographiques ont été mis en place dans des zones logistiques de Marne-la-Vallée, Orléans, Francfort/Main et Kassel. Ils révèlent les contraintes symboliques et matérielles de ces espaces mais aussi leurs potentialités critiques, créatives et émancipatrices.

Avec Cécile Cuny (LATTS/Lab’Urba, CNRS/UPEM) et Hortense Soichet (Lab’Urba), ANR WORKLOG

11H15-13h : « Le fluvial en devenir », résidence de création et ateliers vidéo de l’association Travail et Culture (TEC-CRIAC, Roubaix)

 Avec  Lorena Zilleruelo

  • « Le temps d’un fleuve », travail en cours de Lorena Zilleruelo

 Cette vidéo est un portait d’observation du geste dans le travail du transport fluvial. A travers le voyage d’un grain d’orge depuis l’usine de Prouvy ou de Saint-Saulve et jusqu’à son arrivée au Port d’Anvers transformé en malt, nous allons naviguer sur le fleuve canalisé de l’Escaut à bord du bateau Centurion.

  •  « De l’art d’être grutier », court-métrage de Nicolas Cacheux et Hervé Lesnes, montage L. Zilleruelo, réalisé dans le cadre d’un atelier avec Lorena Zilleruelo

Ce film donne à voir le travail quotidien de deux grutiers de la plate-forme multimodale Contargo à Bruay-sur-l’Escaut dans le Nord de la France. L’un est au sol et manie des engins du type Stacker, l’autre est sur un pont roulant. Tous deux déchargent et chargent des containers sur des bateaux et camions au rythme des flux et reflux de l’Escaut. Ils tentent de montrer « ‘ce que vous ne pouvez pas voir » tout en posant leur propre regard sur leur métier.

 14h-16h : Projection – débat

Des jours et des nuits sur l’aire, documentaire, 2016

 Animation : Anne Jarrigeon (Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris Est)

Avec la réalisatrice Isabelle Ingold

Programmé et primé dans de nombreux festivals internationaux, ce documentaire fait le portrait d’une des aires de repos les plus importantes d’Europe. Ce coin de Picardie draine chaque jour des milliers de gens de passage. L’endroit est à priori totalement déshumanisé : une ville hors sol, sans racine et sans histoire. Pourtant, des vies s’y croisent et se recroisent, des hommes et des femmes tissent des liens. Les dizaines de salariés venus des campagnes environnantes peuvent en témoigner : ce lieu a une âme. Des migrants embarqués clandestinement dans un camion turc, des travailleurs qui expriment la disparité des salaires et des conditions de travail en Europe, témoignent librement. Tous rendent tangibles les frontières entre pays.

https://isabelleingold.com/

16h30 – 18h : « Dialogue international »

Réunion ouverte du Groupe transversal Penser l’urbain par l’image en vue de la programmation 2018-2019. Les chercheur-e-s intéressé-e-s sont les bienvenu-e-s

L’Heure bleue revient sur L’établi de R. Linhart

Cette série d’émissions me paraît intéressante à deux points de vue – au moins :

  • pour les lectures du texte de R. Linhart par Sami Frey, qui restituent les descriptions à la fois engagées et incarnées de l’univers de l’usine (bruits, odeurs, couleurs, douleurs du corps, rythme de la chaîne, souvent personnifiée) et de son « système d’oppression » (L. Kaplan);
  • pour la restitution du contexte politique et intellectuel dans lequel s’inscrit ce texte, « l’établissement » visant « un travail d’organisation dans la classe ouvrière », non une « expérience de réforme individuelle » (R. Linhart).

Première émission de la série, lundi 26 décembre 2016. Robert Linhart revient sur son parcours avant son « établissement »:

Deuxième émission de la série, mardi 27 décembre 2016. Leslie Kaplan revient sur sa propre expérience dans une usine de Lyon (restituée dans L’excès-l’usine, 1987):

Troisième émission de la série, mercredi 28 décembre 2016.  Michelle Zancharini-Fournel parle des relations entre étudiants et ouvriers lors des grèves de « mai-juin 1968 » et des années suivantes :

Quatrième émission de la série, jeudi 29 décembre 2016. Virginie Linhart restitue le point de vue des enfants de/sur l’extrême gauche « révolutionnaire » :

Cinquième et dernière émission de la série, vendredi 30 décembre. Robert Linhart parle (un peu) de son livre et des suites de son « établissement » :