Archives de catégorie : Materialité

“On n’est pas des robots” 05.03.2020

Que sait-on des mondes ouvriers de la logistique ? Que sait-on des gestes multiples qui font passer chaque jour des marchandises de main en main, de machine en machine ?

Ce n’est souvent qu’à l’occasion d’une grève qui vide les rayonnages d’un magasin ou, aujourd’hui, des mesures de confinement face à un virus, que nous réalisons l’importance de cette activité. La logistique consiste à organiser l’entreposage et le transport des marchandises de leur lieu de fabrication à leur lieu de consommation. Elle est présente derrière chaque étagère de supermarché ou de magasin, elle est impliquée à chaque clic validant le panier d’un achat en ligne, elle se matérialise dans les millions de colis livrés chaque jour aux portes des particuliers et des entreprises.

Si l’on peine à imaginer un tel monde qui se déploie dans les coulisses de notre vie quotidienne, c’est en partie à cause des promoteurs de cette activité (développeurs d’immobilier logistique, grandes entreprises de services et de conseil en management de la « supply chain », organismes de formation, clubs d’entreprises) qui, à travers l’image du « flux tendu » et les promesses de sa digitalisation, l’ont présentée comme un écoulement continu et autorégulé de marchandises.

Aujourd’hui, en France comme en Allemagne, les colis sont toujours soulevés à la force des bras, par des personnes qui préparent les commandes, appelées manutentionnaires, magasiniers ou pickers. Leur activité se déroule dans des entrepôts situés à proximité des grands axes autoroutiers. L’ensemble de ces emplois représente 13 % des emplois ouvriers en France, 17 % en Allemagne, soit respectivement 700 000 et 1,7 millions de personnes.

Quatre terrains de recherche en France et en Allemagne, à Marne-la-Vallée, Orléans, Dietzenbach (près de Francfort-sur-le-Main) et Kassel, ont été explorés par une équipe composée de sociologues et de photographes. Cette enquête originale a nourri deux régimes d’écriture : celui, scientifique, de l’analyse d’un milieu technique, économique et social, et celui, sensible, de la création esthétique.

Ce livre, retraçant des rencontres et des parcours, accorde une part importante et une grande attention à la parole et aux lieux de vie des ouvrières et des ouvriers qui affirment volontiers : « on n’est pas des robots ! » Rendre visible une partie de l’univers social de ces travailleuses et travailleurs, tel est le but de cet ouvrage.

direction : Cécile Cuny

photographies : Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet

enquête, entretiens et textes : Clément Barbier, Cécile Cuny, David Gaborieau, Nathalie Mohadjer, Nicolas Raimbault, Gwendal Simon, Hortense Soichet

Le livre en images

Feuilleter des extraits du livre en ligne

Document de présentation du livre

Des comptes rendus critiques et interviews à lire dans les revues scientifiques Flux, La Nouvelle Revue du Travail, les médias phototrend, La Marseillaise ou sur Le blog de Fabien Ribery.

Le livre a reçu le prix du livre photo francophone HIP 2020, catégorie “Société”!

L’ouvrage a été présenté

du 9 au 30 octobre 2021
du 17 au 19 septembre 2021
du 6 au 30 septembre 2021
le 21 mai 2021
Séminaire du Centre Pierre Naville • Université d’Evry, Evry
le 28 janvier 2021
Festival “Les Sciences Des Livres” 2021 (Val de Marne) • Médiathèque Boris Vian, Chevilly-Larue

Dialogue autour d’un observatoire photographique

Depuis 2016, notre équipe explore les mondes ouvriers de la logistique en région parisienne, à Orléans, dans la région métropolitaine de Francfort et à Kassel. La première phase du travail photographique réalisé dans ce contexte porte sur l’observation des lieux dédiés à cette activité économique. Il s’agit de zones situées en périphérie de grandes agglomérations et concentrant un nombre important d’entrepôts appartenant à des entreprises de la grande distribution, de l’industrie ou à des prestataires spécialisés. Les images réalisées sur les zones logistiques ont été produites en interaction avec d’autres volets du projet, en particulier une campagne d’entretiens auprès des acteurs du développement économique et de l’urbanisme – développeurs immobiliers, services municipaux, métropolitains ou régionaux, directions locales ou régionales des entreprises. Au sein du projet, chercheuses, chercheurs et photographes passent d’un site à l’autre, changeant parfois de positions (photographe à Francfort, intervieweuse Paris, etc.). Les observatoires, comme les entretiens réalisés en parallèle, ont d’abord eu une visée exploratoire avant de devenir des objets à part entière de la recherche, proposant une écriture de la matérialité des zones logistiques explorées. Ce qui suit prend la forme d’un texte à deux voix, entre Cécile Cuny, sociologue et photographe, et Hortense Soichet, photographe ; il porte sur la manière d’approcher notre sujet d’enquête par le biais de l’image.

Lire la suite de l’article, publié dans le n° 100 de la revue Flux.

 

Les espaces du flux en image 15.09.2017

Journée d’étude organisée dans le cadre de la Labex Week 2017 par le Groupe transversal Penser l’urbain par l’image, en collaboration avec le Groupe transversal Métiers de la ville.

Des jours et des nuits sur l’aire, Isabelle Ingold, 2016

15 septembre 2017

Cité Descartes –Bâtiment Bienvenüe

14-20 Bld Newton, Champs sur Marne

Amphi Bienvenüe

9h – 18h

Pôles d’échanges de personnes et de biens, zone d’interconnexion et de transit, lieux emblématiques de l’urbain contemporain mais aussi lieux de travail pour un ensemble de groupes sociaux “prolétarisés” (agents de sécurité, d’entretien, ouvriers des entrepôts, chauffeurs de poids lourds, caissières, personnels de la restauration rapide, de l’hôtellerie etc.), les espaces de flux font l’objet d’une pluralité d’approches au sein du Labex Futurs Urbains.

Notre collectif Penser l’urbain par l’image les aborde par des recherches d’ethnographie visuelle conduites en collaboration avec des artistes impliqués dans des approches critiques de ces questions.

Photographes, cinéastes et chercheurs s’installent dans ces lieux du mouvement, en déplient l’épaisseur, en font émerger ce qui demeure généralement in-vu, en proposent une description analytique, une lecture critique. De quelles manières leurs réalisations documentaires peuvent-elles nourrir les travaux de chercheur-e-s mobilisant ou non ces méthodes d’enquête ou ce type de sources iconographiques ?

La journée sera l’occasion de confronter les regards par des échanges articulés à des projections d’œuvres récentes en présence de leurs auteur-e-s.

Programme

 9h-9h30 : Accueil et présentation de la journée

 9h30-13h : Recherches-créations en cours

 Animation : Jacopo Galimberti, directeur de Programme au Collège International de Philosophie (sous réserve) et David Gaborieau, Lab’Urba, Université Paris-Est

 9h30-11h : Documenter les zones d’activités logistiques depuis leurs marges : les enseignements de quatre observatoires photographiques

Habituellement perçues par le grand public depuis les infrastructures et les véhicules de transport (autoroute, automobiles), les zones logistiques sont souvent décriées pour leurs nuisances (sonores, paysagères, environnementales). Assez paradoxalement, elles sont aussi dépeintes comme des zones « vides », peu animées, l’essentiel de leur activité se déroulant à l’intérieur des entrepôts et échappant à la vue du public. Fondés sur l’expérience sensorielle et l’épreuve corporelle de la marche, quatre observatoires photographiques ont été mis en place dans des zones logistiques de Marne-la-Vallée, Orléans, Francfort/Main et Kassel. Ils révèlent les contraintes symboliques et matérielles de ces espaces mais aussi leurs potentialités critiques, créatives et émancipatrices.

Avec Cécile Cuny (LATTS/Lab’Urba, CNRS/UPEM) et Hortense Soichet (Lab’Urba), ANR WORKLOG

11H15-13h : « Le fluvial en devenir », résidence de création et ateliers vidéo de l’association Travail et Culture (TEC-CRIAC, Roubaix)

 Avec  Lorena Zilleruelo

  • « Le temps d’un fleuve », travail en cours de Lorena Zilleruelo

 Cette vidéo est un portait d’observation du geste dans le travail du transport fluvial. A travers le voyage d’un grain d’orge depuis l’usine de Prouvy ou de Saint-Saulve et jusqu’à son arrivée au Port d’Anvers transformé en malt, nous allons naviguer sur le fleuve canalisé de l’Escaut à bord du bateau Centurion.

  •  « De l’art d’être grutier », court-métrage de Nicolas Cacheux et Hervé Lesnes, montage L. Zilleruelo, réalisé dans le cadre d’un atelier avec Lorena Zilleruelo

Ce film donne à voir le travail quotidien de deux grutiers de la plate-forme multimodale Contargo à Bruay-sur-l’Escaut dans le Nord de la France. L’un est au sol et manie des engins du type Stacker, l’autre est sur un pont roulant. Tous deux déchargent et chargent des containers sur des bateaux et camions au rythme des flux et reflux de l’Escaut. Ils tentent de montrer “‘ce que vous ne pouvez pas voir” tout en posant leur propre regard sur leur métier.

 14h-16h : Projection – débat

Des jours et des nuits sur l’aire, documentaire, 2016

 Animation : Anne Jarrigeon (Laboratoire Ville Mobilité Transport, Université Paris Est)

Avec la réalisatrice Isabelle Ingold

Programmé et primé dans de nombreux festivals internationaux, ce documentaire fait le portrait d’une des aires de repos les plus importantes d’Europe. Ce coin de Picardie draine chaque jour des milliers de gens de passage. L’endroit est à priori totalement déshumanisé : une ville hors sol, sans racine et sans histoire. Pourtant, des vies s’y croisent et se recroisent, des hommes et des femmes tissent des liens. Les dizaines de salariés venus des campagnes environnantes peuvent en témoigner : ce lieu a une âme. Des migrants embarqués clandestinement dans un camion turc, des travailleurs qui expriment la disparité des salaires et des conditions de travail en Europe, témoignent librement. Tous rendent tangibles les frontières entre pays.

https://isabelleingold.com/

16h30 – 18h : « Dialogue international »

Réunion ouverte du Groupe transversal Penser l’urbain par l’image en vue de la programmation 2018-2019. Les chercheur-e-s intéressé-e-s sont les bienvenu-e-s

Publication de la restitution de l’observatoire – mode d’emploi

Le travail de repérage photographique sous la forme d’un observatoire des deux zones françaises est visible ici.

Après la page d’introduction, vous avez une page vous permettant de choisir quelle zone vous souhaitez  explorer. Pour chacune, j’ai utilisé un capture d’écran de Google Map permettant de localiser les zones. J’y ai placé les liens vers les voies couvertes matérialisées par les tracés rouges. Sur celle d’Orléans, on voit que la vue cartographique est bien antérieure à la période de prise de vue, témoignant ainsi de l’aménagement récent d’une nouvelle partie de la zone (celle où se trouve Amazon).
Pour chaque zone, j’ai donc parcouru et photographié les principaux axes routiers donnant accès à la zone et la traversant. Sur chaque voie, j’ai effectué un nombre de vues dont la quantité dépend de la longueur du parcours, de l’intérêt éprouvé à la découverte d’un élément architectural, d’un point de vue ou d’une intersection intéressante. Chaque arrêt est matérialisé par un quadriptyque représentant les quatre points cardinaux. Afin de rendre compte du déplacement, l’itinéraire correspondant à la voie parcouru prend la forme d’une séquence où ces points se suivent. Pour Orléans, chaque itinéraire part de l’extérieur pour rejoindre l’intérieur de la zone. Pour Bussy, je n’ai pas suivi cette même logique car la zone n’est pas agencé de la même manière. Chaque point est légendé avec ses coordonnées GPS ce qui permet pour ceux qui le souhaitent d’aller voir en vision aérienne l’endroit exact où la photographie a été prise. En plus de ces tracés photographiques, des croix signalent sur la carte des endroits où j’ai photographié des personnes croisées sur place. Je vais poursuivre ce travail de portrait durant tout le temps où je travaillerai sur le terrain.
A partir de maintenant, je vais poursuivre le travail en réalisant des photographies animées de certains points de vue qui méritent un enregistrement animé et sonore. Cécile et Nathalie vont faire de même en Allemagne.
En parcourant ces itinéraires, si certains points de vue vous interrogent, n’hésitez pas à relever les coordonnées GPS pour que je puisse aller les enregistrer en vidéo.