Archives de catégorie : Travail en entrepôt

Les régimes d’emploi précaire dans le secteur logistique

Enquête dans cinq entrepôts en France et en Allemagne

Travail et emploi, n° 162, 2020, p. 23-45

Clément Barbier, Cécile Cuny et David Gaborieau

À partir des données d’une enquête collective franco-allemande réalisée dans les agglomérations de Paris, Francfort-sur-le-Main, Orléans et Kassel, l’objet de cet article est d’analyser le rôle joué par l’intérim comme outil de production et de mobilisation de la main-d’œuvre ouvrière des entrepôts logistiques. Il rend compte des régimes d’emploi précaire à l’œuvre dans les entrepôts logistiques où sont effectuées des tâches répétitives et éprouvantes, faiblement rémunérées, offrant des perspectives d’évolution professionnelle extrêmement limitées. S’ils s’organisent en France et en Allemagne autour des différences de salaires et de statuts entre travailleur·ses temporaires et permanent·es, ces régimes d’emploi précaire se structurent avant tout localement en fonction de stratégies élaborées par les entreprises pour capter la main-d’œuvre, d’une part, et de tactiques ouvrières spécifiques déployées pour aménager cette précarité, d’autre part. La construction de hiérarchies matérielles et symboliques entre ouvrier∙ères et entre entrepôts d’un même territoire organise dès lors les captivités intérimaires, que celles-ci se jouent à l’intérieur d’une même entreprise dans l’attente d’une embauche en contrat à durée indéterminée (CDI) ou à l’échelle de la zone logistique où les circulations de la main-d’œuvre précaire participent également à la (re)production de cette dernière.

Precarious Employment Regimes in the Logistics Sector. Survey in Five Warehouses in France and Germany

This article is based on a collective Franco-German research comparing five logistics ware­houses in Paris, Frankfurt-am-Main, Orléans and Kassel. The purpose of this paper is to analyse the role of temporary employment as a tool of production and mobilisation of the workforce of logistics warehouses. This paper presents the regimes of precarious employment in this professional sector that is characterised by repetitive and demanding tasks, low salaries and very limited perspectives of career advancement. Even if they are depending on the differences of salaries and status between temporary and permanent workers in France and Germany, these regimes of precarious employment are mainly structured on a local level by the firms’ strategies that aim at attracting and retaining the workforce they need on the one hand, and by the tactics that the workers develop in order to manage this precariousness on the other hand. In this way, the construction of material and symbolic hierarchies between workers as well as between warehouses within the same territory organises the socio-professional captivities of temporary workers whether it be within the same single enterprise where they might be striving for a permanent contract or at the level of the whole logistics zone, where the circulations of the percarious workforce from one warehouse to another also contribute to the (re)production of the latter.

Lire l’article sur CAIRN

Image à la une : Observatoire photographique des zones logistiques, Francfort/Main, 2016, Cécile Cuny / WORKLOG.

“On n’est Pas des Robots” 13.02.2021

Cette exposition restitue le travail photographique que Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet et moi-même avons réalisé dans le cadre du projet de recherche WORKLOG / Les mondes ouvriers de la logistique.

Elle est présentée du 11 juin au 24 juillet 2021 dans le cadre du Festival Fictions documentaires organisé par le Graph-CMI à l’espace Hamilton, 30 rue Armagnac, Carcassonne.

Inauguration le 11 juin à 18h.

Rencontre critique avec Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet et Michel Poivert, historien de la photographie, le 12 juin à 11h.

L’ouvrage On n’est pas des robots : ouvrières et ouvriers de la logistique, Grâne, Créaphis, 2020, qui accompagne l’exposition, est en vente en librairie. Il est lauréat du prix du livre de photographie francophone HIP 2020, catégorie “société”.

A lire également :

Cécile Cuny, Hortense Soichet et Nathalie Mohadjer, “La méthode des itinéraires photographiques : une ethnographie visuelle des mondes ouvriers de la logistique”, EchoGéo, n°59, 2022. Consulter l’article sur le site de la revue.

******Installation extérieure******

Une version extérieure de l’exposition a été produite par le pôle photographique Diaphane (Clermont-de-l’Oise). Elle est présentée dans le cadre du Festival Usimages du 17 avril au 20 juin 2021, sur la place derrière la Mairie de Maysel (60660).

Dossier de presse

****** Revue de presse ******

Télérama/Sortir dans le Grand Paris

Libération (article présentant l’exposition)

Libération (sélection de photographies de Nathalie Mohadjer)

France Fine Art (interview-podcast avec Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer et Hortense Soichet)

paris-art.com

Causette (interview avec Cécile Cuny)

Causette (interview avec Hortense Soichet)

L’Humanité

Demain la ville

La Dépêche (article sur l’exposition au centre d’art de Lectoure)

La Dépêche (portrait de Cécile Cuny)

La Dépêche (article sur l’exposition à l’espace Hamilton de Carcassonne)

L’indépendant (article sur l’exposition à l’espace Hamilton de Carcassonne)

****** Archives ******

L’exposition a été présentée du 13 février au 9 mai 2021 au Centre d’art et de photographie de Lectoure – 8 cours Gambetta – 32700 Lectoure

Dossier de presse

Dossier pédagogique

Visite virtuelle commentée par les photographes et la médiatrice

L’exposition a été présentée du 19 février au 20 septembre 2020 (interruption et prolongation suite au confinement) à la Maison de la photographie Robert Doisneau – 1 rue de la Division du Général Leclerc – 94250 Gentilly

Dossier de presse

Dossier pédagogique

Invitation au vernissage

Une visite en ligne est proposée ici et des photographies supplémentaires sont montrées ici.

************

Exposition co-produite par la Maison de la photographie Robert Doisneau, le Laboratoire d’urbanisme de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et le Graph-CMI de Carcassonne. Avec le soutien de l’Agence nationale de la Recherche, de l’I-Site Future et du Labex Futurs Urbains.

Une cité logistique fragmentée

Intégration et segmentation du groupe ouvrier dans trois entrepôts en France et en Allemagne.

Critique internationale, n°87, 2020, p. 33-55

Clément Barbier et Cécile Cuny

Les rapports des ouvrières et ouvriers de la logistique à l’ordre des entrepôts sont analysés dans cet article à partir des résultats d’une enquête collective menée sur trois sites, l’un à Marne-la-Vallée, dans la seconde couronne est-parisienne, l’autre dans la banlieue sud-est de Francfort-sur-le-Main, le troisième à Kassel, dans le centre de l’Allemagne. Nous soulignons dans un premier temps la façon dont la structuration du groupe ouvrier au sein des entrepôts contribue, via le rôle d’encadrement des représentants syndicaux locaux, à isoler ses membres et à développer des formes de légitimation ou de loyauté à l’égard de la direction de l’entrepôt. Nous examinons ensuite les formes de contestation qui parviennent malgré tout à émerger chez les travailleuses et travailleurs. Le plus souvent exprimées en coulisses, en dehors des entrepôts, ces prises de parole et défections ouvrières sont toujours individualisées et prennent place de façon isolée dans la cité logistique au sein d’un groupe ouvrier segmenté.

A Fragmented Citizenry. Integration and Segmentation of the Workers’ Group in Three Warehouses in France and Germany

This article deals with the analysis of the relationships of logistics workers to the warehouse orders. It is based on the results of a collective survey conducted in three logistics warehouses in Marne-la-Vallée in the second eastern Paris suburbs, in the south-eastern suburbs of Frankfurt, and in Kassel, a city located in Germany in the Land of Hessen. In the first part of the demonstration we outline how the structuring of the workers’ group within the warehouses helps to isolate its members and develop forms of loyalty to warehouse management thanks to the supervisory role played by local union representatives. Then, we examine the forms of contestation of workers that are emerging despite fragmentation processes. These workers’ statements and defections remain most often behind the scene, outside of the warehouse and always individualized and therefore they take place in an isolated way in the logistics city within a segmented workers’ group.

Consulter l’article sur CAIRN

Image à la une : Observatoire des zones logistiques, Orléans, 2016, Hortense Soichet / WORKLOG

“On n’est pas des robots” 05.03.2020

Que sait-on des mondes ouvriers de la logistique ? Que sait-on des gestes multiples qui font passer chaque jour des marchandises de main en main, de machine en machine ?

Ce n’est souvent qu’à l’occasion d’une grève qui vide les rayonnages d’un magasin ou, aujourd’hui, des mesures de confinement face à un virus, que nous réalisons l’importance de cette activité. La logistique consiste à organiser l’entreposage et le transport des marchandises de leur lieu de fabrication à leur lieu de consommation. Elle est présente derrière chaque étagère de supermarché ou de magasin, elle est impliquée à chaque clic validant le panier d’un achat en ligne, elle se matérialise dans les millions de colis livrés chaque jour aux portes des particuliers et des entreprises.

Si l’on peine à imaginer un tel monde qui se déploie dans les coulisses de notre vie quotidienne, c’est en partie à cause des promoteurs de cette activité (développeurs d’immobilier logistique, grandes entreprises de services et de conseil en management de la « supply chain », organismes de formation, clubs d’entreprises) qui, à travers l’image du « flux tendu » et les promesses de sa digitalisation, l’ont présentée comme un écoulement continu et autorégulé de marchandises.

Aujourd’hui, en France comme en Allemagne, les colis sont toujours soulevés à la force des bras, par des personnes qui préparent les commandes, appelées manutentionnaires, magasiniers ou pickers. Leur activité se déroule dans des entrepôts situés à proximité des grands axes autoroutiers. L’ensemble de ces emplois représente 13 % des emplois ouvriers en France, 17 % en Allemagne, soit respectivement 700 000 et 1,7 millions de personnes.

Quatre terrains de recherche en France et en Allemagne, à Marne-la-Vallée, Orléans, Dietzenbach (près de Francfort-sur-le-Main) et Kassel, ont été explorés par une équipe composée de sociologues et de photographes. Cette enquête originale a nourri deux régimes d’écriture : celui, scientifique, de l’analyse d’un milieu technique, économique et social, et celui, sensible, de la création esthétique.

Ce livre, retraçant des rencontres et des parcours, accorde une part importante et une grande attention à la parole et aux lieux de vie des ouvrières et des ouvriers qui affirment volontiers : « on n’est pas des robots ! » Rendre visible une partie de l’univers social de ces travailleuses et travailleurs, tel est le but de cet ouvrage.

direction : Cécile Cuny

photographies : Cécile Cuny, Nathalie Mohadjer, Hortense Soichet

enquête, entretiens et textes : Clément Barbier, Cécile Cuny, David Gaborieau, Nathalie Mohadjer, Nicolas Raimbault, Gwendal Simon, Hortense Soichet

Le livre en images

Feuilleter des extraits du livre en ligne

Document de présentation du livre

Des comptes rendus critiques et interviews à lire dans les revues scientifiques Flux, La Nouvelle Revue du Travail, les médias phototrend, La Marseillaise ou sur Le blog de Fabien Ribery.

Le livre a reçu le prix du livre photo francophone HIP 2020, catégorie “Société”!

L’ouvrage a été présenté

du 9 au 30 octobre 2021
du 17 au 19 septembre 2021
du 6 au 30 septembre 2021
le 21 mai 2021
Séminaire du Centre Pierre Naville • Université d’Evry, Evry
le 28 janvier 2021
Festival “Les Sciences Des Livres” 2021 (Val de Marne) • Médiathèque Boris Vian, Chevilly-Larue

Le travail Populaire

L’équipe du projet participe le 12 novembre à une journée d’étude sur “Le travail (des classes) populaires”, organisée à l’initiative du collectif Rosa Bonheur à l’Université de Lille. Durant cette journée, l’équipe croisera son approche du travail dans la logistique avec celles d’autres équipes de recherche ayant travaillé sur des sujets proches.

Programme de la journée

Mobilités spatiales et classes sociales, 01.12.2017.

 

Journées d’étude organisées par les RT5 et RT42 de l’Association française de sociologie à Paris, site Pouchet (17e) du CNRS.

 

Session “Mobilités et ségrégation sociale”

Présidente de séance : Violaine GIRARD (Dysolab, U. de Rouen)

Discutant : Fabien DESAGE (Ceraps, U. Lille 2)

Thierry RAMADIER (Sage, U. de Strasbourg), Dans quelle mesure les déplacements quotidiens contribuent aux ségrégations socio-spatiales ?

Guillaume LE ROUX (Ined), Christophe IMBERT (IDEES, U. de Rouen), Arnaud BRINGE (Ined) et Catherine BONVALET (Ined), Gentrification de Paris et peuplement des banlieues au cours du XXe siècle : une approche biographique et générationnelle de la ségrégation résidentielle.

Cécile CUNY (Latts, EUP) et David GABORIEAU (Lab’Urba, U. Marne La Vallée), Des stabilités intérimaires ? Ancrages professionnels et résidentiels d’ouvrier·e·s du secteur logistique.

Jean-François VALETTE (Ladyss, U. Paris 8), Mobilités résidentielles à Mexico : filtrages et ancrages dans les périphéries populaires.